15/09/2019  |  5229 chroniques, 169 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 01/09/2019 à 18:56:09
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique disque
S/T

Grinderman
Mute - 2007

Aidé de ses Bad Seeds préférés (dont Jim Sclavunos qui officia un temps pour Sonic Youth), Nick Cave propose ici une formule différente de celle de ses albums habituels.
Colérique et batailleur, il nous livre ici treize brûlots rageurs, parfaits compromis entre le son noisy de Jesus and Mary Chain et la folie incoercible de Suicide.
Guitares souillées, voix diaboliques, intonations bluesy crades à souhait (dès le morceau d'ouverture, ce Get it on sale et jouissif, on est mis au parfum), rock'n'roll débridé (Love bomb), fulgurances soniques à la Rev/Vega (No pussy blues), blues poisseux et psyché (Electric Alice), titre plus proche de son registre habituel, magnifié par sa voix unique (Chain of flowers), morceau reposant sur un gimmick hyper accrocheur (Don't set me free), tout y passe avec une réussite insolente et cette première moitié d'album est tout bonnement ahurissante.
Et comme la seconde partie offre la même qualité et la même variété (le speedé et déjanté Honey bee, l'apaisé et superbe Man on the moon, le jazzy/bluesy Go tell the women, un Rise atmosphérique et ensorcelant, puis pour fnir ce Get it on (new vocal) façon Jon Spencer encore plus écorché que le premier), il ne me reste plus qu'à vous dire que dans ce style à vif, cru et sans fioritures, ce premier effort signé Grinderman risque fort de truster les premières places des playlists de tout connaisseur es rock. Superbe album, trippant et addictif en diable.


www.myspace.com/grinderman

chronique publiée le 15/03/2007


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire