17/09/2019  |  5229 chroniques, 169 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 01/09/2019 à 18:56:09
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique disque
Cantopiano

Giovanni Mirabassi
Minimum Music - 2006

Périlleux est l'exercice du piano solo, car tout comme le funambule sur sa corde, sa beauté tient à peu de choses. Ce peu de choses qui oscillent entre la perfection des envolées improvisées de Keith Jarrett et les mélodies sirupeuses de Richard Clayderman.

Parmi les derniers essais en date, celui de Giovanni Mirabassi a retenu toute notre attention car son opus sobrement intitulé Cantopiano nous offre quinze reprises de chansons françaises. De Brassens à Alexis HK, de Serge Lama à Jeanne Cherhal en passant de Dalida, le répertoire du pianiste italien a le don d'être éclectique et risqué car parfaitement ancré dans l'esprit de l'auditeur français. Pour autant Giovanni Mirabassi s'en sort avec brio avec un touché juste et subtil, insufflant à chacune de ses reprises une maîtrise qui laisse sans voix. Pas tapageuses ni totalement improvisées, ces recompositions ont le don de se dévoiler pas à pas avec élégance et romantisme raffiné. L’autre atout du pianiste italien est d'avoir constitué un répertoire de chansons peu connues ou reconnues (Manon pour Serge Gainsbourg ; Cécile pour Claude Nougaro), tant et si bien que l'auditeur finit par se laisser bercer par ces notes savamment orchestrées où la comparaison inconsciente avec l’original ne tient plus lieu de place.

Cantopiano est donc un bel album ouvert à tous, un opus solitaire parfaitement abouti pour tout auditeur aimant les sentiers balisés, mélodiques et connus. En revanche pour les autres, ceux aimant les hors-pistes et les chausse-trappe aléatoires, Cantopiano s'avère (sans être désagréable) un tantinet trop linéaire et équilibré. Dans le même exercice de style on lui préférera la fouge de Yaron Hermann (Variations : Piano Solo) ou le modernisme d’Edouard Ferlet (Par Tous Les Temps).


www.mirabassi.com
www.miniummusic.fr

chronique publiée le 26/04/2007


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire