22/08/2019  |  5225 chroniques, 169 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 20/08/2019 à 15:09:00
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique disque
Fragments

Rougge
autoproduit - janvier 2008

Teintures rouge vif. Trois coups secs sonnent sur le parquet. Le rideau se lève. Sur la scène un piano solitaire. Un large piano noir laqué aux touches bicolores. Silence. Léger son. Petits murmures. Quelques notes au piano emplissent avec grâce la salle. Des notes claires au charme profond. Douces mélodies tantôt graves, tantôt aériennes. Puis vient une voix. Une voix sans pareille. Une voix sans phrase, sans mots distincts, juste une voix. Une voix masculine haut perchée. Une voix baroque qui en appelle une autre. Une voix magnifique. Rien d’autre.

Bienvenue dans le monde de Rougge qui signe en ce début d’année son premier album : Fragments. Onze fragments, onze histoires sans mots, sans verbe où se conjuguent à merveille piano et voix. Onze fragments habités, émouvants, à fleur de peau soutenus par une sensibilité sans pareille que l’on retrouve aussi bien dans le chant que dans les mélodies. Une sensibilité unique qui rejoint par certains côtés d’autres comme celle d’Antony ou de Thom Yorke. Autant de voix et d’univers atypiques où la sensibilité se place au centre de tout. Une sensibilité ici sans fard et sans retenue qui au-delà du plaisir auditif qu’elle procure donne la chair de poule.

Si ce début d’année musicale est à l’image du premier album de Rougge, gageons que cette dernière sera alors exceptionnelle…




rougge.musicblog.fr/
www.myspace.com/rougge

chronique publiée le 12/01/2008


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire