15/09/2019  |  5229 chroniques, 169 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 01/09/2019 à 18:56:09
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique disque
Dark Was The Night

Dark Was The Night
Red Hot - 4AD - février 2009

Superbe double compilation 100% rock indépendant, Dark Was the Night réunit le Who’s Who du folk pop rock classieux pour récolter des fonds pour lutter contre ce fléau qu'est le SIDA. Réalisé à l’initiative de l’association Red Hot (à laquelle ont doit déjà de beaux disques, en plus d’un engagement plus que nécessaire) et sous la direction artistique de Aaron et Bryce Dessner - de l’excellent groupe The National -, ce double album a demandé trois ans de travail pour contacter les groupes, enregistrer et finaliser le projet. Ça valait le coup de remuer ciel et Terre : le résultat est très réussi, Dark Was the Night comporte en effet 31 titres inédits (reprises, compos, duos, collaborations surprenantes… ) qui sont majoritairement de très haute tenue... Les morceaux qui sont - légèrement - plus anecdotiques, quant à eux, raviront les fans des groupes présents au générique de rêve de ce disque (Arcade Fire, Beirut, Cat Power, une moitié de Sigur Ros… ). Parmi les réussites bouleversantes, on compte la céleste participation du génial Andrew Bird (The Giant of Illinois), les deux titres de Bon Hiver (dont un avec Bryce Dessner), le super duo Buck 65/Sufjan Stevens (ce dernier signant également un titre fleuve renversant), le morceau de The National, le duo Antony/Bryce Dessner, la reprise de Feeling good par My Brightest Diamond, celle de With a girl like you par Dave Sitek (de TV On The Radio), le bel effort des inestimables Yo la Tengo, le très « soul power » choix de Sharon Jones and The Dap Kings, le duo saisissant entre Blonde Redhead et Devastations, celui - magique - entre Conor Oberst et Gillian Welsh ou encore la magistrale interprétation de Dark Was The Night (de Blind Willie Johnson) par Kronos Quartet. C’est donc sur un petit nuage qu’on déguste à sa juste valeur ce remarquable Best Of de la scène indé actuelle, car outre les titres cités plus haut, on trouvera également des participations très marquantes de Feist + Ben Gibbard, The Books + José Gonzalez, The Decemberists, Dirty Projectors + David Byrne, Grizzly Bear, Yeasayer, Kevin Drew ou Spoon. Véritable merveille à écouter sans compter pour se purifier les oreilles (endolories par tant de soupe radiophonique ou télévisuelle), Dark Was the Night est une bonne action intelligente proposée à un prix modique. Incontournable !

Sites Internet : http://4ad.com/news/dark-was-the-ni/, www.myspace.com/darkwasthenight, www.darkwasthenight.com.


chronique publiée le 17/03/2009


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire