17/09/2019  |  5229 chroniques, 169 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 01/09/2019 à 18:56:09
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique disque
No Line On The Horizon

U2
Universal - mars 2009

Net regain de forme artistique sur l’album No Line On The Horizon pour le groupe U2, qui s’apprête à faire une grosse moisson de dollars et d’euros dans les stades du monde solvable… Certes, la bande à Bono se borne à faire du U2 en s’inspirant clairement des grands moments de sa carrière (sons de guitares gorgés de Delay made in The Edge, ambiances épiques ou recueillies, voix déchirante du « prophète charity businessman en chef », Bono), mais il faut avouer qu’avec l’aide des producteurs/musiciens Brian Eno et Daniel Lanois (qui en plus de produire le disque, ont coécrit quelques titres) le populaire groupe irlandais vient de faire paraître un disque correct… Un disque qui se laisse écouter et comporte nombre de tubes qui feraient - presque - penser à autre chose qu'au sinistre monde dans lequel nous vivons actuellement.

Quand Bono, The Edge, Adam Clayton et Larry Mullen Jr ferraillent avec classe (oui, c’est possible !) leur pop/rock FM taillée pour les stades, on oublierait presque que Bono est une sacrée tête à claques et que c’est une contradiction sur pattes (je suis catho, mon guide spirituel est donc l’inconscient pape Benoit XVI qui vient de dire que le préservatif était dangereux - suggestions à ce triste sire pour lutter contre le Sida : donner au Sidaction et acheter la super compile Dark Was the Night -, je veux sauver la planète, j'encourage à donner de l’argent aux plus pauvres en Afrique, je joue pour des montagnes de billets sans doute bien placés en Suisse, tout en enregistrant mon dernier album pour un budget pharaonique dans quatre studios différents… Stop, fermez le ban !) ; quand No Line On The Horizon, Magnificent, Breathe, Unknown Caller, Get on your boots ou Fez – Being Born résonnent dans la sono, on oublie tout. Et l’on se verrait presque sur un cheval au galop avec le drapeau blanc en main, emmenant une armée de sans grades faire la révolution contre la misère humaine, le pognon roi et les dictatures… Bien sûr, la réalité est bien différente, mais « la musique, qui, de n’importe quelle couleur, de n’importe quel pays, est un cri qui vient de l’intérieur » (à méditer par M. Hortefeux, ça) garde le pouvoir - magique - de tout faire passer au second plan, de faire prendre les vessies pour des lanternes, de donner envie de se reproduire et de rester bienheureux en attendant tranquillement la mort inexorable.

Sans forcer son talent, sans écrire des morceaux du niveau de One (un titre repris par Johnny Cash, l’adoubement ultime), Pride (In the Name Of Love), New year’s day, Sunday bloody sunday, Where The Streets Have No Name ou With or Without you, U2 continue à faire tourner la machine à fantasmes de ses fans transis, en leur offrant son meilleur disque depuis 1997 et l’album Pop. Rien de bien nouveau à l’horizon certes, mais U2 fait le job (commercial) proprement, en essayant - avec succès - d’actionner comme il faut le jackpot, tout en distrayant les gens de leur ennui. Rendez-vous à Paris et à Nice les 11, 12 et 15 juillet 2009 pour 360° Tour, pour vérifier si le nouveau répertoire passe bien en stade. Aux dernières nouvelles, ça devrait être le cas : cela a été longuement étudié pour cette utilisation…

U2 est actuellement en concert.

Sites Internet : www.u2.com, www.myspace.com/u2, www.youtube.com (clip de Get On Your Boots).


chronique publiée le 21/03/2009


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire