21/09/2019  |  5232 chroniques, 169 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 19/09/2019 à 14:39:42
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique disque
Beware

Bonnie Prince Billy
Domino - PIAS - 16 mars 2009

Ultra prolifique, le terrifiant songwriter aux allures de psychopathe Bonnie Prince Billy publie un énième disque de country folk décharnée, saisissante et marquée par les affres de la dépression (au dessus d’un jardin peuplé d’étranges personnages presque trop normaux)… Toujours très « fraîcheur de vivre », Will Oldham se présente dessiné comme un vieillard déplumé sur la pochette de son dernier opus, le très campagnard Beware.

Cet album ancré dans la country classe de Nashville et la folk music (c’est ce que laissaient penser ses concerts bien roots de l’été dernier… ) est une œuvre qui pourra laisser certains de marbre, effrayés par le côté un peu aride de la chose. Mais si l’on se donne – juste un peu – la peine d’écouter ce recueil de chansons marquées au fer rouge par un sens inné du songwriting entêtant, un talent indéniable pour chanter de manière habitée et une science hallucinante pour incarner véritablement des morceaux fleurant bon le vécu, c’est le « bonheur »... Dès le premier titre, ce sera une sorte d’épiphanie pour les fans du sieur Billy : Beware your only friend rentre immédiatement dans le classement des meilleurs morceaux du monsieur. Et après ? C'est pareil ! On se laisse gentiment porter par un flot de sentiments que seule la country folk non commerciale peut procurer. Les histoires sinistres, désespérées (mais pas désespérantes, au contraire !) et agitées par des soubresauts émotionnels que raconte Bonnie Prince Billy, on y croit à fond, et l’on se laisse prendre par ce brillant storyteller (irrémé)diablement attiré par le côté obscur. Sachant écrire des morceaux parfaits pour toucher le fond en beauté, profiter un peu de l’ivresse des profondeurs abyssales du spleen et remonter (ou pas) en meilleur état mental à la surface, l’ex Palace se crée pas à pas une place au panthéon des plus grands musiciens country/folk/blues/rock, aux côtés de Neil Young, Bob Dylan, JJ Cale et Johnny Cash (qui a repris de manière étourdissante - et avec lui-même aux chœurs - son immense I see a darkness).

Farouchement lugubre tout en restant brillamment lumineux, l’homme s’est ici entouré d’un groupe classieux : chœurs, violon, flûte, pedal steel guitare, percussions, six cordes électriques… Sur Beware, Bonnie Prince Billy et ses partenaires rendent justice à des morceaux écrits avec une plume d’une richesse proprement insoupçonnable. Aussi acide, tourmentée qu’ancrée dans un réel qu’il faut vraiment se coltiner. Mouvementée et surprenante, l’expérience Will Oldham est à poursuivre sur la route des salles de concerts…

Bonnie Prince Billy est actuellement en concert.

Sites Internet : www.bonnieprincebilly.com, www.myspace.com/princebonniebilly, http://dominorecordco.com, www.youtube.com.


chronique publiée le 23/03/2009


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire