22/09/2019  |  5233 chroniques, 169 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 21/09/2019 à 11:27:25
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique disque
We Gave A Party For The Gods And The Gods All Came

Clair Obscur
Optical Sound - 2009

Après 10 ans d'absence, c'est le retour en force des inclassables Clair Obscur. Ce groupe mené par les frères Demarthe existe depuis 1980 et tout au long de leur carrière (en dent de scie), ils nous ont fait une étonnante musique qui puise sa source dans le rock, la cold/new-wave, l'indus, le classique et contemporain, mais aussi dans l'art (le mouvement dadaïste) et le théâtre. Leur dernier album sous le nom de CO² et appelé Nulle Aide… remonte à 1999. Et bien on peut dire que 10 ans plus tard avec We Gave A Party… on a l'impression que Clair Obscur a mangé de la vache enragée, tant cet album transpire de hargne rock/post punk.
La voix de Christophe Demarthe est fantastique, elle respire à pleins poumons des textes chantés en Anglais, mais aussi en Allemand sur Es War, magnifique titre pour pogoter et en Français, Mon Ami Mon Frère. Un morceau qui fait tâche dans l'album, car c'est une énumération de noms de politiciens, par exemple "Jean- François Copé, mon ami mon frère" et ainsi de suite pendant 3 minutes. Mais la mélodie étant très accrocheuse, on s'y habitue, et le morceau ne quitte plus notre cerveau. Un peu comme pour le Salut A Toi de Bérurier Noir. La force du disque réside dans la capacité à passer d'intensités bruts (mais bien produites) à des titres plus calmes, mais toujours dans une atmosphère un peu plombée, proche d'une musique de film muet des années 20, soit une ambiance sombre voire nocturne (normal quand on s'appelle Clair Obscur).
Il est clair que Clair Obscur (et oui je n'ai pas résisté !) a le sens de la composition qui marque. Les mélodies sont peaufinées et les riffs (guitare/basse/batterie) savent se faire entendre quand il le faut. Une fois de plus on retrouve, un peu comme un vieil ami/une marotte, le titre Blume déjà présent sur le live The Pilgrim's Progress (1986) et In Out (1988). L'album s'achève avec une reprise de Joy Division, Decades dans une version plus posée et moins cold/tragique/possédé que l'original, mais par contre la version de Clair Obscur finit avec trois minutes de silence (un hommage à Ian Curtis ?), puis arrive un titre surprise (car non crédité) avec une tension agressive dans l'esprit et l'ambiance de la musique industriel. Après Restructuration de Charles de Goal en 2008 et bientôt Rouge Rêve de Complot Bronswick, c'est clair (et oui encore !) que les groupes français des années 80, ont encore de beaux jours devant eux, tant leurs nouvelles compos sont d'une fraîcheur contemporaine. Qui a dit: "No future" ?




www.clairobscur.net
www.myspace.com/clairobscurofficial

chronique publiée le 08/05/2009


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire