22/01/2020  |  5294 chroniques, 171 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 15/01/2020 à 17:55:02
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique disque
Yours Truly, The Commuter

Jason Lytle
Anti - PIAS - 2009

Des nouvelles rassurantes de l’ex leader des magiciens de Grandaddy, Jason Lytle… L’album du retour en solo de l’ancien barbu est plutôt une bonne surprise même si l’on sent qu’il faudra encore du temps avant de retrouver les sommets fréquentés par Grandaddy, qui était un groupe où chaque musicien était hyper important rappelons-le… Jason Lytle était toutefois l’élément prépondérant et le songwriter en chef de ce projet qui nous a fait planer avec ses chansons intemporelles, il est donc normal d’avoir l’impression d’entendre un opus de ce combo chéri en version light avec Yours Truly, The Commuter. Grand stressé devant l’éternel, mélancolique notoire, ayant un sévère penchant pour la bouteille, le guitariste chanteur natif de Modesto en Californie a décidé de s’exiler à la compagne – dans le Montana – pour changer d’air, apaiser ses névroses et envisager une suite à ses passionnantes aventures musicales. D’où cet album « homemade » traversé par un vague à l’âme prenant, avec quelques morceaux en demi teinte mais où l’on sent néanmoins poindre la rédemption de l’hyper sensible auteur compositeur interprète producteur multi instrumentiste (oui, tout ça...)… Dès le début - très réussi - du disque, on remarque avec allégresse que Jason Lytle a toujours sa voix émouvante de dépressif tendance neurasthénique, ce qui lui permet de chanter comme de mini Neil Young ou Brian Wilson fans transis de synthétiseurs kitsh/vintage, de mélodies aériennes, de solos de guitare simplement beaux et de pop songs faites pour propulser sur un tapis volant… C’est donc le cœur serré, les yeux tournés vers la voûte céleste et l’esprit ouvert au vagabondage qu’on accueille à bras ouverts les très bons morceaux Yours Truly, The Commuter, Brand New Sun, Ghost Of My Old Dog, I Am Lost (And The Moment Cannot Last) et Birds Encouraged Him. L’idéal serait de les écouter en marchant seul – en pensant fort à l’être aimé – au bord d’un lac entouré par une forêt ; puis de s’attaquer à l’escalade d’une montagne afin d’avoir une vue panoramique sur un paysage enchanteur… On peut aussi l’écouter chez soi, hein, pas de problème ! Les titres suivants (It’s the week end, Furget it, This song is the mute button), quant à eux, ne sont pas déshonorants sans être non plus réellement bouleversants : il y a parfois des redites et des facilités assez flagrantes. Juste après, l’album se termine par des folk pop songs de bon aloi, qui ne permettent pas de crier au génie, mais plutôt d’espérer un avenir radieux pour cet immense songwriter ayant semé des graines récoltées par d’autres. Incorrigible optimiste et doux rêveur, on peut donc désormais imaginer Jason Lytle atteindre la reconnaissance méritée pour son prochain album solo…

Sites Internet : www.jasonlytle.com, www.myspace.com/jasonlytle, www.youtube.com (présentation de l'album par Mr Lytle himself).


chronique publiée le 28/05/2009


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire