21/09/2019  |  5232 chroniques, 169 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 19/09/2019 à 14:39:42
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique disque
Monsters Of Folk

Monsters Of Folk
Rough Trade - Beggars Banquet - septembre 2009

Pas exactement monstrueux, pas totalement folk et loin d’être aussi prétentieux que le nom – ironique ! – pourrait le laisser supposer, le groupe Monsters Of Folk vient de publier un très bon disque où les multiples talents de M. Ward, Conor Oberst (Bright Eyes), Jim James (My Morning Jacket) et Mike Mogis (Bright Eyes) sont superbement mis en commun. Amis et collaborateurs de longue date, les quatre musiciens avaient semble-t-il planifié depuis longtemps ce coup d’éclat collectif. Une excellente idée ! D’où jaillit une inspiration remarquable : quinze titres oscillant entre pop n’ soul (le superbe morceau d’ouverture, Dear God), new folk inspiré par Neil Young (The Right Place, Ahead Of The Curve, His Master’s Voice), country rock (Temazcal, Man Named Truth) et pop rock saisissant (Whole Lotta Losin’, Losin To Head). Les morceaux composés à quatre mains sont chantés tout à tour par chaque vocaliste – puis souvent repris en chœur par les autres –, les instruments volent de mains en mains et le résultat final sonne original, décontracté, sans complexe et très varié. On sent parfaitement en écoutant le disque que ces gens là se sont amusés à enregistrer ensemble. Chacun amène son petit grain de sel : un riff de guitare, un son de synthétiser années 80, une idée de production, des harmonies vocales, une mandoline ou un piano de bar western… Et ça fonctionne à plein sur la durée du disque. Car si les titres interprétés principalement par M. Ward sont au dessus du lot (le titre cité plus haut, mais aussi Baby Boomer, Goodway, The Sandman et Slow down Jo), l’osmose qui règne dans Monsters Of Folk permet à chacun de proposer le meilleur. Très beau disque inaugural donc pour cet impeccable groupe proposant des compositions marquantes, qu’elles soient mordantes ou délicates. Des compositions qui évoquent plutôt Crosby Stills Nash & Young, Bob Dylan et les Beatles que les affiches des festivals réunissant des hard rockers sur le retour sous la bannière « Monsters of Rock ».

Sites Internet : www.monstersoffolk.com, www.myspace.com/monstersoffolk, www.roughtrade.com, www.beggars.com, www.myspace.com/beggarsgroupfrance.


chronique publiée le 23/10/2009


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire