17/09/2019  |  5229 chroniques, 169 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 01/09/2019 à 18:56:09
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique disque
A71

Mustang
A Rag Records - Sony BMG - 26 octobre 2009

Lancés à fond sur l’autoroute du succès, le trio clermontois Mustang déboule à fond dans les bacs avec un premier album qui va faire parler de lui. Intitulé A71 en référence à l’autoroute qui permet aux Auvergnats de « monter » à Paris, ce premier effort sacrément culotté permet de découvrir un groupe aussi à l’aise dans le "sexy rock ‘n roll grinçant" (les excellents Je m’emmerde et En arrière en avant), la chanson rock yéyé acerbe (Pia pia pia, Ma bébé me quitte, King of the jungle), la pop teintée de rockabilly synthétique (les joyeusement décalés Anne-Sophie et Le Pantalon) et les ballades premier degré délicieusement suaves (La plus belle chanson du monde, Maman chérie, Dame de pique). Rois de l’équilibrisme entre crédibilité rock, statut de vendus au grand capital signés sur une grosse maison de disques et ardente défense de la chanson pop aux textes naïfs, les trois Mustang déchaînent déjà les passions : soit on les adore pour les côtés électrisants et touchants de leurs titres, soit on les déteste pour leurs penchants kitsch évoquant à certains durs (de la feuille) les Forbans ou Jesse Garon. On aura grand peine à faire changer d’avis les détracteurs mais qu’il nous soit ici permis de mettre le doigt sur l’aplomb remarquable d’un groupe osant des textes clairs et simples en français, sur les fougueux talents de vocaliste de Jean Felzine (entre Mr Presley et Orbison, voire Dominique A, en plus grave), sur la qualité des morceaux figurant sur A71, sur la versatilité bluffante des influences (entre Elvis, Gainsbourg, Suicide, Shadows, Dutronc, Bo Diddley, Bashung, Stooges, Nino Ferrer, Roy Orbison et le Velvet, rien que ça !) et sur l’énorme marge de progression de ce trio couillu refusant de bêler avec les moutons. Il faut en effet en avoir dans le pantalon et sous la banane façon King pour proposer une série de titres aussi originaux et à contre courant du rock made in France actuel. Prenez le percutant single Le Pantalon, qui avec ses atours vintage et délicieusement provocateurs, propose à Jacques Dutronc, Alan Vega et Martin Rev de se rencontrer joliment, voire plus si affinités. Un exploit renouvelé sur le drolatique Pia pia pia, où cette fois c’est Nino Ferrer qui fait du rentre dedans aux synthés de Suicide (grosse influence donc). Qui tente et réussit ces croisements marquants en 2009 ? Mustang ! Un trio arrivant à réunir dans ses titres des influences classieuses tournées vers le passé, un côté furieusement actuel (cf le mixage et la production du disque par Stéphane « Alf » Briat et Vincent Talpaert ou la reprise d’Aphex Twin : C’est fini) et une attitude arrogante juste ce qu’il faut. On souhaite à Mustang de faire un tube à la Gaby, oh Gaby de Bashung ou à la J’aime regarder les filles de Patrick Coutin, et d’avoir la passionnante carrière du premier plutôt que celle - météorique - du second.

Mustang est actuellement en concert.

Sites internet : www.myspace.com/legroupemustang, www.myspace.com/aragrecords, www.facebook.com/legroupemustang, www.youtube.com/user/legroupeMustang (vidéos live et clips).


chronique publiée le 30/10/2009


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire