19/12/2018  |  5098 chroniques, 167 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 18/12/2018 à 20:29:39
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique disque
Rouge Rêve

Complot
Iconaki / Optical Sound / Infrastition - 2009

Cela fait bien longtemps que je n'ai pas écouté un album de Complot Bronswick, sûrement depuis l'album blanc Iconoclasmes sorti en 1988. Au cours des années 80 avec Norma Loy et Clair Obscur, Complot Bronswick était un groupe en marge dans le paysage "rock en France". Issu de la ville de Rennes (comme Marquis de Sade, Ubik, Daho et leur pote d'End Of Data), Complot Bronswick faisait une musique exigeante où la littérature, l'art graphique, la représentation théâtrale et la new-wave cohabitaient avec harmonie. Comme si l'Opéra de 4 Sous rencontrait Joy Division lors d'une exposition Dada. Autant dire que ce groupe avait de la ressource. Puis Complot Bronswick devint Complot et l'univers multimédia/numérique s'installa dans son travail. Après quelques disques (que je n'ai pas écoutés) on en arrive à l'album Rouge Rêve. Les titres ici présents ont été écrits pour le spectacle Iceman (Compagnie Jean-Beaucé) plus quelques anciens titres remixés. Au début, le son général de l'album surprend. Le chant en français donne parfois une impression "chansons française" sur des airs rock électro un peu datés. Mais oh joie, l'agressivité after punk et cold période 1984 de l'album Maïakovsky refait surface dès le 4ème titre avec Rocky Dream. Soit un son chargé d'atmosphère et une voix plus agressive et théâtrale qui font plaisir à entendre. A partir de cet instant l'album prend une couleur "rouge" plus plaisante pour l'amateur du groupe. On est donc rassuré et pas mécontent de redécouvrir Complot (sans Bronswick).
Au final Rouge Rêve est un album inégal où le chant dans la langue de Molière ne passe pas toujours bien. Ainsi que la musique parfois "datée", mais heureusement rattrapée par des éclaircies tel que Wake Up dans une nouvelle version et Petit Soldat avec ses intonations à la Arno. Sans oublier les mix bienvenus comme l'excellent Body Is Body.
Enfin signalons le superbe packaging : un livre rectangulaire (donc pas facile à ranger dans sa cédéthèque) de 50 pages avec les textes et des photos montages remarquables.


www.myspace.com/complotbronswick

chronique publiée le 25/05/2010


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire