17/09/2019  |  5229 chroniques, 169 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 01/09/2019 à 18:56:09
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique disque
Sel Limited Series

HF90 / TANK / PAN & ME
Sel Limited Series - 2010

HF90 « Gris la couleur e.p. » - (Sel limited series – 2010) / TANK « Kantkino » - (Sel limited series – 2010) / PAN & ME “Paal” – (Sel limited series – 2010)

« …Ce qui gagne le plus à rester hautement humain dans l’art, ne l’oublions pas, c’est l’artiste ».*

Sempiternel dilemme que de connaître un peu les artisans et de se laisser bercer par leurs œuvres en toute impunité… Composé d’un membre de Dale Cooper Quartet (Christophe Mevel) et du guitariste émérite (Cyril Pansal), Sel Limited Series (sous-division du label Diesel Combustible) nous convie à une bacchanale Brestoise où se côtoient obsessions cinématographiques et éruditions Rock tous azimuths.

HF90, c’est la « chose » du guitariste, vérité crue dans sa nudité ; elle propose des mélodies douces amères qui s’entremêlent à des voix cinématographiques telles que celle de Anna Karina sur le magnifique Ici Londres, avec une voix à mi-chemin entre Philipe Pascal (Marquis de Sade), Etienne Daho et Daniel Darc. Musicalement, on pense beaucoup à The Gist (Phil Moxham) ou Paul Haig (Josef K.), pour l’approche minimaliste et la mélancolie humide. Si toutes les chansons reflètent un peu la grisaille Bretonne, elles n’empêchent la fraîcheur primesautière comme la chanson-hommage Joy Division / New Order Don’t Leave Me Alone. Ce court album finit sur Désamour des amours, parfait générique de fin d’un film de Philipe Garrel.

Kantkino de TANK démarre sur les chapeaux de roues avec le très Tangerine Dream / Cluster Holland 84 : on est d’emblée dans une ambiance sombre et brumeuse. Le reste des morceaux oscillent entre une improbable rencontre Cluster/Can/This Heat et…The Cure (rien que ca !...). Exeter 81 va même jusqu’à proposer une ligne de basse que n’aurait pas renié Peter Hook pour l’ouverture de l’Hacienda en 82. Brest 89 et Australia 81 clôturent l’album comme aurait souhaité Robert Smith pour Pornography

Paal de PAN & ME, est une bande son fantômatique qui débute par The Lighthouse at Two Lights, où les accords d'alto se disputent une mélodie hypnotique à la Badalamenti sur des craquements rythmiques qu’on a adoré sur Systemisch d’OVALUnalaska évoque par son motif mélodique au piano, certaines œuvres abstraites de la série Made To Measure (Hector Zazou, Wim Mertens ou Peter Principle). Les autres instrumentaux mélangent rythmiques syncopées, mélopées répétitives parfaitement obsédantes : une véritable manne pour des bandes originales de films imaginaires. Des belles premières galettes qui sentent bon l’huile de coude, les embruns et les rêves fous d’adolescents pas encore morts…

(*) Pierre Reverdy - Note éternelle du présent (Flammarion - 1973)

NB -  Ces disques sont disponibles sur http://www.dieselcombustible.com/shop à un prix qui rendraient le directeur d’Universal véritablement noir…




www.dieselcombustible.com/shop

chronique publiée le 19/12/2010


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire