26/07/2014  |  4436 chroniques, 147 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 15/07/2014 à 19:19:34
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique disque
Une chaise pour Ted

My Concubine
Happy Home Records / Anticraft - 2011

J’affectionne ce groupe depuis son premier méfait, La Tangente. Toujours en duo (comme sur Les Belles Manières, le précédent album de My Concubine) et avec ce phrasé bien personnel, Eric Falce enivre de ses paroles érotiques.

La nouvelle muse de cet artiste qui cultive la dualité (amour/haine, joie/tristesse) se nomme Lizzy Ling et il l’emmène dans une histoire épique où le serial killer Ted Bundy est le fil rouge de cet album électrique. Un film palpitant où le cœur s’emballe et le cul s’excite. Une BO très originale où se croisent l’imaginaire du X 70’s et la part sombre des films de genre des années 50-60 avec un soupçon de nouvelle vague (la pochette en est un magnifique hommage).

Dès les premiers accords d’Un Parfum, on se replonge dans l’univers d’Eric Falce avec délectation, il joue sur les mots, sur les odeurs, sur les positions... Bad Movie remet les choses à leurs places, une nouvelle histoire commence, la vie peut continuer, même si un peu bancale. Sur Addictive, Lizzy Ling pose sa voix en premier, chantant à qui veut l’entendre qu’elle est une « addictive woman », mais sait-on où cela la mènera ? My Concubine sonne le glas avec Au carillon des horreurs, où la vie fait place à la mort. En voiture avec Ted, qui dépeint avec réalisme la folie de ce playboy ordinaire qui assassina 34 femmes aux Etats-Unis, la voix suave et douce d’Eric Falce faisant passer ce fait-divers atroce pour une histoire de jalousie et de passion somme toute banale ! Au volant d’un bolide un homme séduisant peut être un redoutable prédateur ! Je ne vais pas trop vous dévoiler le contenu de cet album qui à mon sens est le plus abouti du groupe à ce jour : les arrangements se font plus ciselés et plus pertinents, les paroles incroyablement recherchées ; ces petites saynètes de la vie de tous les jours comme l’ivresse de la tristesse chantée sur la magnifique Nébuleuse de Johnny Walker. La spirale de la douleur, de l’abandon, de la difficulté de remonter la pente seul.

A la fois tragique, à la fois cynique et drôle, Eric Falce et Lizzy Ling signent avec Une chaise pour Ted, un album hors des sentiers battus et rebattus. On se réjouit de l’écouter en boucle sans jamais s’ennuyer.

My Concubine sera en concert à Paris au Scopitone le 20 juin 2011 !


www.myspace.com/myconcubineparis

chronique publiée le 19/04/2011


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire