15/09/2019  |  5229 chroniques, 169 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 01/09/2019 à 18:56:09
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique disque
Isam

Amon Tobin
Ninja Tune/PIAS - Mai 2011

Le nouvel album d’Amon Tobin risque de dérouter quelques uns de ses fans. Ici, le son breakbeat est en mode « pause » et la lumière acid jazz teintée de sons easy listening est remplacée par la musique contemporaine, voire concrète. Isam est un album conceptuel qui demande une écoute attentive. C’est au fil des écoutes que le relief et les paysages prennent forme et s’assemblent dans notre esprit. Proche de la BO de film d’auteur, de l’expérimental/industriel (on pense par instant à Coil) et de l’art contemporain (rubrique fond sonore pour installations vidéo), la musique d’Amon Tobin cuvée 2011 grince entre les dents. Et on aime ça !
En piste depuis 1995, on sent, qu’à travers ce 10 ème album, Amon Tobin s’est livré à des recherches musicales en empruntant des terrains moins dansants, moins évidents, moins balisés, non loin de l’art contemporain. Sur ce terrain, Amon Tobin rejoint Aphex Twin et Mathieu Herbert dans l’art de faire une musique exigeante, parsemée d’embûches et dont le plaisir (masochiste?) est au final bien présent. Amon Tobin ne prend pas son public pour de simples gobeurs d’électro jungle, mais pour de fins amateurs ouverts à toutes ses fantaisies. Donc, ici, plein de sons, où le silence cohabite avec des larsens et divers sons bizarres puisés du sol jusqu’au ciel. Malgré tout, deux titres (parmi les 12) Wooden Toy et Kitty Cat viennent égayer l’album grâce à une petite et jolie voix féminine toute pop. Cela permet de respirer.

L’album prend toute son ampleur avec sa nouvelle tournée. Amon Tobin a mis en lumière sa musique organique qui circule en nous tel le sang dans notre corps. Ses lives sont des performances « sons et lumières » à faire cligner de l’œil Pink Floyd.
Enfin, en parallèle à l’album, Amon Tobin propose une expo des installations/sculptures de Tessa Farmer sous le nom de « Control Over Nature ». Cette artiste réalise des œuvres végétales et animales à base d’ossements, de racines et d’insectes morts (surtout des mouches). Ces œuvres couplées avec la musique organique d’Amon Tobin donnent un résultat à la fois poétique et inquiétant. Si vous n’avez pas vu cette expo (qui passera après Paris, à Bruxelles, Berlin puis aux Etats-Unis), reportez vous sur la version cd de luxe qui contient un livre de photos où l’on voit les créations de Tessa Farmer.
Bref, entre le live, l’expo et l’album, Isam est un média complet à découvrir avec curiosité. Vous ne serez pas déçus !



www.amontobin.com/#
www.myspace.com/tobinamon

chronique publiée le 23/06/2011


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire