17/09/2019  |  5229 chroniques, 169 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 01/09/2019 à 18:56:09
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique disque
Suck It And See

Arctic Monkeys
Domino Records - PIAS - 6 juin 2011

Et hop, Alex Turner et ses Arctic Monkeys en remettent une (quatrième) couche avec leur nouvel album, Suck It And See, subtile collision entre pop sixties/fifties, stoner rock du désert et rock anglais débraillé façon Libertines... Même s'il est globalement plus calme que ses prédécesseurs, ce disque flambant neuf des savants et doués singes de l'arctique n'est pas vraiment surprenant ; on y retrouve une écriture anglaise se frottant à des atmosphères américaines et le tout bénéficie du sens du songwriting et de la voix racée d'Alex Turner. Pas vraiment novateur, certes, mais quand même étincelant de classe, les 12 titres de l'album faisant très bon effet instantanément avant de supporter plusieurs écoutes haut la main et même de se bonifier incroyablement sur la durée, signe d'une œuvre marquée du sceau du talent. Il faut dire que Mr Turner s'est laissé pénétrer au début du processus de composition par les influences de figures tutélaires du rock ayant pour nom Nick Cave, John Cale, Lou Reed, David Bowie et Leonard Cohen. En s'appuyant sur de telles bases, puis en injectant ses vibrantes passions pour le rock stoner des Queens Of The Stone Age et les crooners pop du niveau de Scott Walker, Roy Orbison ou Elvis (un peu à la manière de l'immense Richard Hawley), les Arctic Monkeys et leur leader font feu de tout bois, prouvant – entre deux ballades mystérieuses ou pop songs avec riffs entêtants, comme Black Treacle ou Reckless Serenade – qu'ils sont toujours capables de laisser s'emballer leur turbulente machine rock 'n roll (les très QOTSA Don't Sit Down 'Cause I've Moved Your Chair et All My Own Stunts, avec Mr Homme aux chœurs, le très Arctic Monkeys 1ère période Library Pictures ou le très Bowie Brick by Brick, chanté par le batteur, Matt Helders). Capables d'être admirablement puissants tout en excellant dans les morceaux délicats, sensuels et nimbés d'un aura vintage – cf Piledriver Waltz, Love is a Laserquest, Suck It and See, She's Thunderstorms... – les Arctic Monkeys maitrisent leur sujet pop 'n roll à la perfection, attisant, s'il était besoin, le désir de les retrouver en live aussi bons, voire plus, que sur la tournée Humbug, où leurs progrès étaient méchamment bluffants. On n'a sans aucun doute pas fini de parler de ces singes-là...

A lire également, une chronique du concert des Arctic Monkeys au Zénith de Paris, le 5 novembre 2009.

Liens : www.arcticmonkeys.com, www.myspace.com/arcticmonkeys, www.facebook.com/ArcticMonkeys, www.thelastshadowpuppets.com, www.dominorecordco.com.


chronique publiée le 15/07/2011


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire