23/09/2019  |  5233 chroniques, 169 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 21/09/2019 à 11:27:25
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique disque
Arabia Mountain

Black Lips
Vice - Cooperative Music - Juin 2011

Doués depuis leurs débuts pour foutre un bordel monstre avec leur rock garage teinté de pop psyché sixties, les Black Lips passent aujourd'hui la vitesse supérieure avec Arabia Mountain, un disque truffé de titres débraillés et tubesques, comme les précédents donc, mais bénéficiant cette fois-ci d'une production digne de ce nom, le très vintage Mark Ronson (Back To Black d'Amy Winehouse, c'est lui) réussissant à polir le son sans le rendre mainstream, avec l'aide de Lockett Pundt de leurs potes de Deerhunter sur certains titres... Le choc est énorme par rapport au précédent disque, le très cradingue 200 Million ThousandCole Alexander, Jared Swilley, Joe Bradley et Ian Saint Pé avaient volontairement salopé le boulot en enregistrant eux-mêmes dans leur studio/local de répétition, pour un résultat jubilatoire pour le fan de garage puriste mais suicidaire en terme de ventes potentielles. Arabia Mountain pourrait donc être la suite de l'excellent recueil de chanson datant de 2007, Good Bad Not Evil, c'est à dire un album où les quatre garnements prompts à baisser leurs pantalons et à effrayer le bourgeois ne changent en rien leur songwriting rétro tout en le rendant écoutable avec un son moins punk Lo-Fi. Par l'entremise d'Arabia Mountain des Black Lips , l'auditeur voit donc débouler dans ses oreilles 16 titres de pop garage certes hystérique mais souvent hyper accrocheuse ; les hits qui rendent heureux se ramassent à la pelle (Family Tree, Raw Meat, Modern Art, Bone Marrow, Noc-A-Homa, Spidey's Curse, Mad Dog, Mr Driver, Time... ), donnant irrésistiblement envie d'aller à Atlanta, Georgia se la couler douce dans le Sud des Etats-Unis en compagnie de Cole, Jared, Joe et Ian... En écoutant leurs derniers morceaux de bravoure savoureusement imprégnés de l'âge d'or de la pop et du rock, l'on se voit très bien en train de siroter des bières fraiches (Guinness ?) tout en sifflotant sous le porche de leur maison pendant qu'un nonchalant DJ égrène des 45 tours des Stones, de Dutronc, des Beatles, de Them, des Byrds, des Sonics, des Troggs, de Plastic Bertrand et de 13th Floor Elevators... Sans chercher à révolutionner quoi que ce soit, les Black Lips réussissent à faire souffler un vent frais avec la plupart de leurs compositions convoquant pourtant d'antiques influences. Un tour de force réalisé haut la main, le sourire aux lèvres, la libido en éveil et avec plein de petites idées hédonistes derrière la tête pour s'éclater comme un chien fou...

A lire également, des chroniques de concerts de ce formidable groupe de scène qu'est Black Lips : à L'Epicerie Moderne de Feyzin, en 2008, à La Maroquinerie à Paris, en 2009 et à La Machine du Moulin Rouge à Paris, en 2010.

Liens : www.black-lips.com, www.facebook.com/theblacklips, http://twitter.com/#!/theblacklips, www.myspace.com/theblacklips, www.vicerecords.com...


chronique publiée le 03/08/2011


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire