23/09/2019  |  5233 chroniques, 169 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 21/09/2019 à 11:27:25
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique disque
The Rip Tide

Beirut
Pompeii Records - Differ-ant - 30 août 2011

A la fois concis, mélancolique, enlevé et évocateur, The Rip Tide, le nouvel album de Beirut, a l'intelligence de se situer dans la lignée des précédentes réussites révélées au monde par son songwriter chanteur, Zach Condon, tout en cherchant des lignes de fuite vers des terrains de jeux différents... Si le son reconnaissable entre mille de Beirut (voix en apesanteur de crooner illuminé, arrangements de cuivres venus d'Europe de l'Est, accordéon, ukulélé, bluffantes mini symphonies pop folk world balkaniques... ) est immédiatement identifiable sur la plupart des morceaux – cf le bon premier single, East Harlem – et si l'écriture reste passionnante, soignée et marquante, le brillant leader de la troupe réussit à surprendre (un peu) et à séduire (beaucoup) avec le titre Santa Fe, une électro pop song absolument renversante, où les synthétiseurs tournoient autour de la voix et de la mélodie. Ici ou là, on remarque également des tentatives bienvenues d'ajouts d'éléments dissonants colorant joliment le son (The Rip Tide) et de bouleversantes parties de piano (Goshen) ou d'harmonium (The Peacock), ce qui permet de se laisser progressivement emporter par cette nouvelle collection de chansons, certes parfois un peu redondantes par rapport aux albums passés, mais souvent convaincantes au final et de plus en plus saisissantes au fil des écoutes. Grâce à l'incroyable maestria collectivement exercée de Zach C. (voix, trompette, ukulélé), Perrin Cloutier (accordéon, piano), Nick Petree (batterie, percussions), Paul Collins (basse, contrebasse), Kelly Pratt (trompette, euphonium), Ben Lanz (trombone, tuba, piano) et Sharon Van Etten (chœurs sur A Candle's Fire et Payne's Bay)... Comme Gulag Orkestar et The Flying Club Cup, The Rip Tide est donc sans aucun doute appelé à devenir un must pour les âmes sensibles désirant être, même un tout petit peu, touchées par la grâce dont Beirut peut toujours se prévaloir.

A lire également, une chronique du concert de Beirut au festival Rock en Seine 2010...

Liens : www.beirutband.com, www.facebook.com/pages/Beirut, www.myspace.com/beruit, www.differ-ant.fr, www.myspace.com/differantdistribution.


chronique publiée le 30/10/2011


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire