16/09/2019  |  5229 chroniques, 169 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 01/09/2019 à 18:56:09
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique disque
Trans-Love Energies

Death In Vegas
Portobello Records - Differ-ant - 26 septembre 2011

Après une pause de 7 ans dans la carrière de Death In Vegas, le groupe anglais revient avec un Trans-Love Energies conforme à ce qu'on peut attendre du projet de Richard Fearless, c'est à dire un mélange d'électro rock psyché stoogien, de krautrock malfaisant et de techno minimale avec voix mystérieuses... Rien de vraiment nouveau ou surprenant, même si Mr Fearless chante (tel un Iggy mal embouché) et écrit désormais les textes, mais une collection de dix très efficaces morceaux extrêmement bien produits à l'aide de bleeps entêtants, de synthés maltraités ou de guitares lacérées, et bâtis pour faire passer l'auditeur dans des montagnes russes versatiles. Voire des machines à laver soniques lavant plus noir que noir... Dès le début de l'album Trans-Love Energies, on passe en effet allégrement d'une intro lancinante, Silver Time Machine, à un tubesque et très rock 'n roll Black Hole, qu'on jurerait chanté par Iggy Pop en direct de Berlin 1977, à une étrange électro pop gothique et technoïde scandée par la très douée Katie Stelmanies du groupe Austra, Your Loft My Acid... Et après ? L'auditeur se retrouve embringué – volontairement ou non – dans une sorte d'infernal roller coaster où les titres s'enchainent dans le but de glacer le sang (Medication, Coum), d'intriguer (Witch Dance, où la chanteuse d'Austra excelle à nouveau), de faire danser physiquement (le boum boum pyché de Scissors) ou bouger mentalement en ayant des visions cauchemardesques ou paradisiaques (Drone Reich, Lightning Bolt, Savage Love). Sans invités prestigieux contrairement aux disques passés – où Bobby Gillespie, Jim Reid, Liam Gallagher, Iggy Pop, Hope Sandoval et Dot Allison faisaient forte impression – mais avec toujours autant de sens du songwriting, de la production et du psychédélisme planant ou dansant, Death In Vegas risque encore de faire très mal avec sa dernière bombe lâchée au dessus de la planète Terre.

Liens : www.facebook.com/deathinvegasmusic, www.deathinvegasmusic.com...


chronique publiée le 30/10/2011


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire