23/09/2019  |  5233 chroniques, 169 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 21/09/2019 à 11:27:25
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique disque
Drive

Drive
Record Makers - 10 octobre 2011

« La bombe de l’année ! Plus d’1 million de spectateurs déjà sous le choc ! ». Tel est le slogan publicitaire pour annoncer le succès du film Drive. Après avoir reçu le prix de la mise en scène au dernier festival de Cannes, le film reçois depuis sa sortie en salle un succès auprès de la critique, du public et c’est mérité ! Réalisé par Nicolas Winding Refn, qui nous avait déjà gâté avec le film choc Bronson, Drive est un film qui tient en halène le spectateur. Un scénario solide et original (on pense à du Brian De Palma qui nous faisait penser à du Hitchcock), une mise en scène implacable et surtout l’acteur Ryan Gosling avec son regard magnétique et sa démarche de fauve, de samouraï. Tous est nickel dans ce film qui fera date dans le genre thriller. Pas en reste non plus, la BO qui lui colle comme de l’huile (de vidange) au déroulement de l’histoire. Au volant d’une voiture, la musique est importante. Suffit d’entendre la BO dans Easy Rider, Point Limite Zero, Mulholland Dr., Christine…, pour se rendre compte que dans les films à bagnoles, la BO est en général soigné. Celle de Drive suit la règle.
Le son de Drive sonne très année 80, ce qui peut froisser certaines oreilles, surtout les premiers titres. C’est le label français Record Makers (Turzi, Sébastien Tellier, Klub des Looser) qui c’est chargé de cette mission. Ainsi on y trouve une des valeurs du label, Kavinsky avec un titre d’ouverture qui sonne très Stranglers/Giorgio Moroder. Ce titre Nightcall est produit pas 50% de Daft Punk soit Guy-Manuel de Homem-Christo. Les 3 titres suivant sont des classiques de l’électro avec Desire, Chromatics et College, puis un titre du compositeur italien Riz Ortolni, un spécialiste des westerns spaghetti, mais aussi compositeur de Cannibal Holocaust et Mondo Cane. Les 14 titres suivant ont été composé pour la BO par l’ex batteur des Red Hot Chili Peppers, Cliff Martinez, qui s’est reconverti dans la BO de film, notamment pour Steven Soderbergh. Cette 2ème partie est plus ambiante et planante, mais aussi très mystérieuse et inquiétante. Pas mal d’atmosphère, quelque part entre du Tangerine Dream et du Brian Eno. Ces titres instrumentaux sont donc plus nocturnes.
Pour apprécier a sa juste valeur la BO, il est conseillé de voir avant le film. Car les images de Drive sont tellement bien réalisées, que dès les premières mesures de la BO, elles alimentent notre confort d’écoute.
Oui le film Drive est une réussite à tous les niveaux.


www.recordmakers.com/

chronique publiée le 31/10/2011


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire