19/10/2019  |  5245 chroniques, 169 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 16/10/2019 à 17:52:45
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique disque
Share The Joy

Vivian Girls
Polyvinyl records - 2011

Il arrive parfois que l’on passe à côté d’un groupe et surtout d’un disque. C’est mon cas avec les Vivian Girls (spécial dédicace à Viviane Vog, pseudo d’un bon pote fan de Taxi Girl) que je prenais pour un groupe de filles de plus (1). C’est à l’occasion du show case de Haight Ashbury dans la sympathique boutique La Fabrique Balades Sonores, que j’entends pour la première fois la musique de Vivian Girls (nom en référence au titre d'un récit de 15143 pages illustré par l'artiste brut Henry Darger). Le responsable de la boutique a posé sur sa platine, le disque vinyle couleur bleu fushia Share The Joy. Leur musique fait immédiatement « tilt » dans mes oreilles. Ainsi, pendant que les 3 membres de Haight Ashbury s’installent, j’écoute avec bonheur les titres noisy pop teintés de sixties de Vivian Girls. Je m’empresse d’acheter l’album vinyle avec sa jolie pochette où l'on voit un dessin enfantin. Une fois rentré chez moi, je l’écoute attentivement.

Le son de Vivian Girls tombe à pic, c’est le son qui me plait en ce moment : de la noisy pop shoegaze avec une légèreté pop girls 60’s. J’écoutais déjà ce son vers 89/91, et par la suite je l’ai délaissé, pour y revenir aujourd’hui. Je crois que c’est à cause de Veronica Falls que ce virus noisy pop m’a repris. A la base, ce style indie vient d’Angleterre avec des groupes tels que Jesus & Mary Chain, Pastels, Primitives, Shop Assistants, Stereolab, puis les excellents Electrelane. Aujourd’hui, ce sont les ricains qui on reprit le flambeau avec Tamaryn, Ghxst, Ringo Deathstarr, A Place To Bury Strangers, Crocodiles et enfin Vivian Girls.
Une des forces irrésistibles de ce trio féminin (en activité depuis 2007), ce sont les harmonies vocales presque rétro. Leur mélange de sonorités sixties avec les guitares noisy est une petite réussite. La voix de Cassie est parfois hésitante, monotone et j’avoue que c’est ce qui fait le charme du groupe. Les titres sont parfois calmes, presque dans la retenue, et malgré tout on ne peut pas s’empêcher de tapoter du pied et d’avoir le sourire aux lèvres. Ce disque apporte un rayon de soleil, l’envie de bien commencer sa journée. Certes, tous les titres se ressemblent, et alors ? L’album dégage une fraicheur pop telle que l’on écoute et réécoute sans retenue les 10 fractions gravées dans les sillons du vinyle. En écoutant sur Youtube leurs titres plus anciens (Share The Joy est leur 3ème album), je constate que ce disque est plus indie et moins garage/punk. Les fans de la première heure ont surement été déçus de ce changement de cap. Moi c’est clair, je vais m’empresser d’acheter les 2 premiers albums et m’écouter jusqu’à ce que ma femme devienne folle, ce bel album de noisy pop d’une fraicheur insolente.

Katy Goodman, la bassiste du groupe joue avec son autre groupe La Sera le 16 juin à la Flèche d’Or à Paris dans le cadre de la soirée « Club Folamour ». Sa voix irrésistible devrait en faire tomber plus d’un(e).

(1) - En évoquant à ma copine Isabelle mon coup de cœur pour les Vivian Girls, elle me signale qu’on les a déjà vus en concert (sic). C’était au le 13 février 2009 au festival Les Femme s’en Mêlent au Point Ephémère à Paris. Et bien je n’en ai aucun souvenir ! C’est dire si à l’époque leur prestation m’avait laissé indifférent. A cette soirée j’étais plutôt réceptif au couple survolté Lucy & the Popsonics (Interview ici ) et au début prometteur de Battant. Merci Isa de me rafraichir la mémoire !



www.myspace.com/viviangirlsnyc
www.facebook.com/viviangirlsnyc
www.polyvinylrecords.com/

chronique publiée le 23/05/2012


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire