21/09/2019  |  5232 chroniques, 169 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 19/09/2019 à 14:39:42
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique disque
Composed

Jherek Bischoff
Leaf/Differ-ant - 11 juin 2012

Attention, le monsieur en costard ici présent, a des contacts à rendre jaloux (au hasard) Mick Jagger. En effet ce trentenaire classieux de Seattle, qui préfère les grands orchestres au son HC/noise et grunge a réuni sur son ambitieux premier album, un nombre effrayant de personnalités : David Byrne, Caetano Veloso, Mirah (échappé du duo Thao & Mirah), Greg Saunier (Deerhoof), Craig Wedren (Shudden To Think) Nels Cline (Wilco), Carla Bozulich (Evangelista, The Geraldine Fibbes), Zac Pennington (Parenthetical Girls), Dawn McCarthy (Faun Fables) et notre Soko qui se fait de plus en plus remarquer à l’étranger (cf : le dernier Cornershop). Avec tout ce beau monde, Jherek Bischoff a composé 9 titres orchestraux très veloutés. Quelque part entre Divine Comedy, Marc Almond, Lee Hazlewood et Tindersticks le multi instrumentiste Jherek Bischoff sait très bien tenir la baguette et aussi accomplir de magnifiques duos, notamment sur le titre avec David Byrne. Le résultat est réussi, on n’est pas dans le pastiche d’un titre des Talking Heads ou d’une bossa nova au rabais. Non, ici on est à 100% dans la création, à la hauteur des invités de renom. La voix de David Byrne est comme un poisson dans l’eau sur le titre Eyes, aux faux air de valse. La voix de Mirah (telle la fée Clochette) sur The Nest, est aussi un petit délice. Elle s’est bien investie dans ce titre à l’ambiance cinématographique, crée par les harmonies du violon de Paris Hurley. Encore des violons échappés d’une comédie de Broadway ou d’un album glam de David Bowie (qui aurait trouvé sa place ici) sur les merveilleux Blossom et Your Ghost. L’élégant single Young and Lovely avec le duo romantique et glam Soko et Zac Pennington est le titre le plus pop. L’album fini par le très cabaret Insomnia, Death and the Sea. Donc un album très ambitieux, qui a demandé à Jherek Bischoff de nombreuses années. Ce qui est étonnant c’est qu’il n’a pas été en studio avec un orchestre. Non, il a enregistré chaque invité dans leurs propres salles de séjours, et ensuite il a rassemblé (comme pour un puzzle) les instruments pour donner une impression d’orchestre. Le résultat est bluffant.
Mais pour avoir cette maitrise du collage, avant cet album, Jherek Bischoff a réalisé au sein du groupe Parenthetical Girls, 4 albums et de nombreux EP, et il a collaboré avec l’excentrique (au look gothique à la Tim Burton) Amanda Palmer (ex Dresden Dolls), Xiu Xiu, Casiotone For The Paintfully Alone, The Dead Science et The Wordless Music Orchestra. Certes pas mal de groupes obscures (à découvrir), mais cela montre que Jherek Bischoff est une girouette qui aime les projets en groupe. Au final, Composed est un album « hors temps » qui aurait pu sortir en 1968, en 1972, en 1984 et donc pourquoi pas en 2012, avant la fin du monde ou la fin des promesses de ceux qui nous gouvernent.


jherekbischoff.com
www.myspace.com/jherekbischoff

chronique publiée le 31/05/2012


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire