21/09/2019  |  5232 chroniques, 169 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 19/09/2019 à 14:39:42
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique disque
Romania

Leatherman
Martyrs of Pop/Modulor/Chantage Records - Mai 2012

Leatherman = Jean-Marc Lederman (The Weathermen, ex Fad Gadget/The The/Gene Love Jezebel et ami musicien d’Alain Bashung) + Jacques Duvall (parolier/Miam Monster Miam).
Jacques Duvall
parolier (entre autre) du tube Banana Split de Lio mais aussi d’Etienne Daho aux Sparks en passant par Jane Birkin et les Runaways, laisse de côté sa plume pour interpréter des reprises sur la musique sombre de J.M Lederman. Parmi les titres repris, on trouve du Nino Ferrer, Ray Charles, Gloria Gaynor (pour un fameux I Will Survive), Screamin’Jay Hawkins, Nino Rota, America, The Seeds, Solomon Burke, Ian Tyson et Bobby Darin, soit un mix éclectique détonnant !
Les versions de Leatherman sont assez rock et blues. La couleur nuit noire, le Paris du quartier de Pigalle, un film de Jim Jarmusch, une bière belge « Duvel » bien ambrée, des santiags, une tenue camouflage sont des éléments qui reflètent l’ambiance, l’image du disque. Une des forces de l’album, c’est la relecture des reprises. Leatherman en a donné une autre couleur, un autre style, il se les est appropriées, sans dénaturer les originaux. Par exemple la version sombre du tube seventies A Horse With No Name d’America est une petite réussite. La voix « rock » et burinée de Jacques Duvall (tendance, Nick Cave, Arno et Rodolphe Burger) est grave et possédée, ce qui donne pas mal de relief aux covers. Pour quelqu’un qui dit ne pas savoir chanter, à force de côtoyer des chanteurs, il en a prit l’essence sans qu’il s’en rendre compte.
Aussi, on imagine bien le duo jouer dans un cabaret qui sent encore la cigarette d’un autre temps (1977 ?). Lederman au piano et Duvall en train de chanter I Put A Spell On You, comme si sa dernière heure arrivait. Le thème mélancolique de La Dolce Vita est aussi une petite friandise qui éclairct l’album. Chaque reprise a son univers, entre le blues, le théâtral, le cabaret berlinois et les champs de cactus. Entre ombre et lumière, Romania est un road movie sans retour. On se laisse entraîner, et qu’importe ce qui peut arriver. Vous voulez prendre le volant ?

L’album est disponible en vinyle (couleur rouge 180 gr), limité à 500 exemplaires, mais aussi en CD (avec 10 mix en bonus) et en numérique sur les plateformes. Renseignement auprès de Jean-Emmanuel de Luxe : d-luxe@wanadoo.fr


fr.ulule.com/leatherman-rumania/
www.martyrsofpop.com/
martyrsofpop.blogspot.fr/

chronique publiée le 06/06/2012


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire