23/09/2019  |  5233 chroniques, 169 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 21/09/2019 à 11:27:25
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique disque
Rispah

The Invisible
Ninja Tune/Pias - 11 juin 2012

Rispah, le titre de ce 2ème album de The Invisible est le prénom de la mère de Dave Okumu, chanteur guitariste bien visible du trio. Sa mère est morte pendant l’enregistrement de l’album. Marqué par cette tragédie (malheureusement humaine), l’album prend une autre tournure. Par exemple on y entend en ouverture et sur le dernier titre, des voix de femmes (ici samplées) qui ont chanté des chants religieux autour du cercueil de sa mère. La couleur de l’album de part la douleur, est très mélancolique, sans être sombre. Derrière les beats électro organique, la lumière apparait et l’eau continue de couler. The Invisible fait une musique ambiant, avec par instant des samples world. On pense à Brian Eno, Robert Fripp, Boads Of Canada, dans la manière de faire respirer le son des synthés, à faire flotter le son de la basse. La voix de Dave est posée et dépouillée, parfois à la limite du religieux. Sa voix mélangée aux sons, donne aux morceaux une texture presque sensuelle. On se laisse porter, ou mieux, transporter par l’ambiance de recueillement. Ecoutez par exemple la profondeur du titre The Wall, frisson garanti ! L’album a été produit par Rich File (Unkle) et mixé par Craig Silvey (Portishead, Artic Monkeys), ce qui explique la qualité du son. Il est donc recommandé d’écouter Rispah sur du bon matériel et ainsi profiter pleinement de la richesse des sons.


ninjatune.net/artist/the-invisible

chronique publiée le 07/06/2012


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire