21/04/2018  |  4986 chroniques, 164 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 20/04/2018 à 18:13:36
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique disque
Submarine Dreams

Michael Wookey
We are Uniques ! Records/La Baleine/Monster K7/What A Mess ! Records - 20 mars 2013

Depuis l’âge de 15 ans, Michael Wookey compose des chansons, d’abord avec une guitare et un harmonium qu’il a acheté à l’Armée du Salut, et ensuite il se met à jouer avec un piano jouet. C’est cet instrument qui va donner une couleur particulière à son style à résonnance cabaret. Il ira même jusqu’à diriger un orchestre de 30 toy-pianos.
Submarine Dreams est son premier album solo. Il l’a enregistré en une semaine sur un huit pistes dans sa maison familiale du Cantal, accompagné par les membres d’Hiddentracks. L’album comporte 12 titres champêtres. Si l’odeur du fromage (spécialité locale) n’est pas loin, par contre le style musical n’a pas grand-chose à voir avec le folklore du Cantal. Il faudra plutôt rechercher entre l’Opéra de 4 sous, un mariage, voir un enterrement dans les Balkans avec Goran Bregovic, la BO d’un film d’Aki Kaurismäki, la musique d’un spectacle de Robert Wilson dirigé par Tom Waits, ou bien une comptine murmurée par Shane Mac Gowan l’édenté des Pogues. Si les cuivres et le violon sont à l’honneur, l’ambiance de l’album n’est pas très joyeuse, mais plutôt mélancolique, voire funéraire. Un lendemain de fête, on se réveille tout doucement, avec la gueule de bois, mais les souvenirs joyeux plein la tête. Les bouteilles vides sont éparpillées ici et là, l’odeur de la cigarette froide flotte dans l’air: pour reprendre ses esprits, il est préférable de boire un café très serré et non pas de la vodka. C’est la voix (entre le parler et le chanter) de Michael Wookey et la production lo-fi/orchestre de poche qui créent cette sensation de fin de soirée. Aussi, cette couleur mélancolique vient peut être du fait qu’il a été mastérisé en Islande par Valgeir Sigurðsson (Feist, Cocorosie, Björk). Au final, dans le style folk/cabaret de poche, Michael Wookey a trouvé sa voie : quelque part entre les étoiles et un chemin de terre qui nous mène chez Mère Grand.
Enfin à noter la belle pochette dessinée Gabríela Friðriksdóttir (une proche de Björk).




www.michaelwookey.com
michaelwookey.bandcamp.com

chronique publiée le 10/04/2013


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire