22/01/2020  |  5294 chroniques, 171 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 15/01/2020 à 17:55:02
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique disque
Lauren Stuart and the Book of Love

Lauren Stuart
Autoproduction - 1 octobre 2013

Derrière le nom de Lauren Stuart, il y a François Serin du groupe Deja Vu. Ce qui surprend à l’écoute de son deuxième album (qui fait suite à Lauren Stuart and the Golden State of Mind sorti en 2009), c’est la voix de Lauren (et donc de François). Il chante dans un anglais sans accent français, pas mal pour un Lyonnais ! C’est troublant, tant sa voix est claire et précise. Ainsi on se laisse facilement emporter par elle, tel un courant à forte intempérie. Par instant on croirait entendre John Lennon époque Imagine. Dans le style vocal on pense également à Mark Oliver Everett de Eels, un artiste très apprécié par Lauren. Pour accompagner sa belle voix orientée folk, François (ou Lauren) a fait appel à des amis musiciens issus de Deja Vu, A*Song, The Married Monk. Ensemble ils ont construit (sous la direction de Lauren Stuart) un album tout en harmonie, avec beaucoup de mélodies intimistes et mélancoliques. Si l’ensemble est assez sombre (les thèmes abordés dans les chansons parlent de rupture et de solitude), le résultat sonore laisse pas mal de place à une « petite » lueur d’espoir, une envie de repartir vers d’autres horizons plus ensoleillés. Au final, tel un livre ouvert (cf : le titre de l’album), les 12 titres de l’album se dévorent comme des chapitres écrits avec de l’encre intime.
A noter que l’album, édité en vinyle et en digital (mais pas en CD), est autoproduit et auto-distribué. Et n’oublions pas la belle pochette réalisée par Léonor Rey .


laurenstuartblog.wordpress.com/

chronique publiée le 30/10/2013


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire