21/09/2019  |  5232 chroniques, 169 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 19/09/2019 à 14:39:42
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique disque
The Diver’s Curse

BD Harrington
Microcultures/Differ-ant - 17 Juin 2016

Trois années se sont écoulées depuis la parution de son 2ème album nommé Regarding The Shortness of Your Breath , (album que BD Harrington avait dédié à son père décédé d’un cancer), et malgré tout, sa musique n’est pas plus joyeuse sur The Diver’s Curse. La folk de BD Harrington est même par moment déprimante, tant son chant est triste et mélancolique. Du premier au dernier titre de l’album, aucune lueur d’optimisme, ou alors juste un petit nuage en moins. Donc si vous n’êtes pas bien dans votre tête, que votre femme (ou homme) vient de vous plaquer, pas sûr que l’écoute de cet album vous soit réconfortante.
Initialement composé en solo, The Diver’s Curse a finalement été réinterprété en studio par des musiciens de talent. Parmi les instruments utilisés, on entend du violon, de la flute, une mandoline, un accordéon, du cajón et bien sûr la guitare/basse/batterie. Soit pas mal de matos pour donner de l’étoffe aux compos, sans oublier la voix de Suzanne Hancock pour apporter une touche féminine bien sympathique. Malgré tout, la musique reste très épurée, à fleur de peau. La voix intimiste et posée de BD Harrington se balade au fil des cordes de sa guitare sèche, avec une énergie qui ferait peur à l’ours Paddington. Dans le style folk acoustique à la voix de poète engagé, on pense à Bob Dylan, Léonard Cohen, JJ Cale et parfois à Lou Reed dans ses moments pépères. Les compos sont soignées, mais l’ambiance est tellement posée qu’on aimerait par moment qu’une corde se casse, qu’une fausse note apparaisse, histoire de donner un peu de piquant à l’atmosphère boisée. Malgré tout, à l'image de la pochette avec le bateau en feu qui part à la dérive, notre écoute peut aussi partir dans le même sens avec une sensation plutôt plaisante. De la musique folk qui nous emporte à la dérive, ça le fait plutôt bien.

Chronique de l’album Regarding The Shortness of Your Breath ici




microcultures.bandcamp.com/album/the-divers-curse
www.facebook.com/bdharringtonmusic/timeline

chronique publiée le 29/06/2016


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire