11/12/2017  |  4922 chroniques, 162 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 05/12/2017 à 20:15:54
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique disque
Ordre et Progrès

Orval Carlos Sibelius
Born Bad Records/L’Autre Distribution - 28 avril 2017

Axel Monneau a trouvé son rythme de croisière, un album tous les trois ans sous le nom d’Orval Carlos Sibelius. Après le beau Super Forma, voici son petit frère nommé Ordre et Progrès. Ascension, sortie en 2016 est une parenthèse enchantée, une BO imaginaire du documentaire Les Rendez-Vous du diable d’Haroun Tazieff. L’album Ordre et Progrès parait juste entre les deux tours présidentiels 2017 avec le duel Macron/Le Pen, (hasard de sortie ? vu le titre de l’album qui s’achève avec le morceau Désastres et Compagnie, en sous titre La colère gronde en face) et pendant les festivités pour les 10 ans du label Born Bad qui ont lieu à Paris à La Station et à La Machine du Moulin Rouge. Orval Carlos Sibelius fait justement partie de la programmation. A noter que sur scène, parmi ses musiciens, il y a Marietta et Philippe Thiphaine d’Heliogabale, également présent sur l’album.

Sous sa pochette dorée à l’écriture Romaine, l’album contient neuf morceaux de sunshine pop psyché et baroque, avec une touche d’ambiance BO de film 70 style De Roubaix. Les morceaux sont construits comme des petites fresques bucoliques. Les paroles sont en français, ce qui donne une couleur vintage/baba cool plutôt poétique, du moins en apparence, car les textes piquent. Le timbre de la voix d’Orval semble sorti d’une autre époque, les années 70, déjà si loin et si proche. Re hasard du calendrier, le film hippie/communautaire inédit, Au Long de Rivière Fango avec l’équipe du Café de la Gare (Patrick Dewaere, Romain Bouteille, Rufus) sorti en 1975, réapparait sur les écrans parisiens, dont Le Brady. Ainsi plongé dans une certaine pop psyché à la française (de Dashiell Hedayat à Bertrand Burgalat) et de la pop anglaise à la Pulp, Orval/Axel compose une musique veloutée, bariolée, orchestral du meilleur effet. Parfois grandiloquentes, les envolées sonores de cet album possèdent une couleur étoilée qui fait plaisir à entendre. Orval Carlos Sibelius aurait pu jouer sur le disque Mooshine EP (Born Bad ref. 081) où sont présents Forever Pavot, Dorian Pimpernel et Julien Gasc, tant sa musique est proche de l’esprit de ces artistes de la boutique Born Bad. Avant que la France tremble, écoutez sereinement Ordre et Progrès, en espérant des jours meilleurs.

Chronique de l’album Super Forma ici



fr-fr.facebook.com/orvalcarlossibelius/
www.bornbadrecords.net/artists/orval-carlos-sibelius/
www.youtube.com/watch?v=oADqTfbTEDI

chronique publiée le 30/04/2017


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire