19/06/2019  |  5205 chroniques, 169 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 18/06/2019 à 13:24:19
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique disque
S.W.E.A.T.

Raymonde Howard
We Are Unique Records/La Baleine - 9 juin 2017

En 1978 (soit une éternité !), la chanteuse Siouxsie Sioux scandait le mot Switch (en 1982 ce sera Melt !), en 2017 c’est la chanteuse Raymonde Howard (apparemment aucun lien de parenté avec l’acteur Ron Howard héros ado de la série Happy Days) qui nous fait avec S.W.E.A.T. les initiales de son nouvel album. Les mots qui frappent/claquent à l’oreille chantés par les femmes ont un pouvoir sonore puissant qui fait toujours son effet. En tout cas sur la pochette de son disque Raymonde Howard nous observe derrière une vitre mouillée (le résultat d’une nuit agitée en transpiration/respiration corporelle?). En tout cas, une belle photo resto/verso d’ouverture . Après Le Lit (son précédent disque), la voici qu’elle se rapproche de la fenêtre. Dans le prochain disque, va-t-elle oser ouvrir la porte pour sortir de la chambre ?

En à peine 22 minutes, Raymonde Howard nous fait découvrir 11 morceaux de rock écorché. Car lors de sa tournée en 2015 en Angleterre Raymonde tombe malade et apprend qu’elle est atteinte d’une maladie chronique. Pour évacuer son stress face à la maladie, elle va réaliser une BD avec Half Bob et composer ce nouvel album. Pas étonnant que son chant soit rempli d’adrénaline. Dans son chant révolté, on pense aux figures PJ Harvey, Kim Gordon, Chrissie Hynde, Patty Smith et Shannon Wright. Le son de sa guitare racle, la corde raide n’est pas loin de lâcher et de bruler. La production épurée, parfois roots du chant/guitare réalisée par Ives Grimonprez est efficace, comme taillée dans du roc humide où les mélodies glissent en faisant des étincelles. Par instant le violon de Jean-Christophe Lacroix (le camarade de concert de Raymonde) vient apporter un peu de blues terreux qui renforce l’enveloppe musicale de notre artiste hors norme, bien imprégnée dans son univers. L’album finit avec le titre Punktuality, qu’elle chante en français. Une langue qu’elle devrait utiliser plus souvent dans ses textes, car sa voix s’y prête bien. Si vous cherchez une femme forte qui transmet à sa façon le son rock lo-fi de son vécu, plongez-vous sans chi-chi dans cet album sans concession.

Chronique de l’album Le Lit ici




raymondehoward.free.fr/
www.youtube.com/watch?v=RvuNZrcECv4

chronique publiée le 21/07/2017


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire