15/09/2019  |  5229 chroniques, 169 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 01/09/2019 à 18:56:09
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique disque
Politics

Sébastien Tellier
Records Makers / Source / Virgin - 2004

Avant la sortie de son disque - en janvier 2004 -, le candidat Sébastien Tellier avait fomenté une campagne musclée par l’intermédiaire de clips le montrant à la tribune en train de tenir des discours aussi crétins que drôles. Salués par des applaudissements nourris... mais enregistrés, ces manifestes contre l’oppression entrecoupés d'absurdités débitées avec enthousiasme voyaient Mr Tellier prendre faits et cause pour les Indiens d’Amérique, les Africains, les Mexicains et… les Allemands de l’est. Avec des discours aussi fumeux, on se demande un peu qui voudra faire alliance avec lui en vue du second tour de dimanche prochain. Heureusement, le loustic a des amis hauts placés : le duo Air l’emmène régulièrement évangéliser les foules en première partie de ses shows autour du monde, Tony Allen - le batteur de Fela Kuti - joue sur le disque, Sophia Copolla lui propose de participer à la BO de Lost In Translation, Quentin Dupieux (Mr Oizo) tourne ses clips et le fait jouer dans son Nonfilm
Et pourquoi déroule-t-on le tapis rouge pour ce personnage haut en couleurs mais un peu fantasque ? Parce qu’il compose des disques incroyablement flamboyants en total décalage avec la production actuelle… Les textes en anglais, espagnol et allemand (pas trace de français ici) sont si bizarroïdes qu’on s’inquiète parfois pour la santé mentale du monsieur ; ne va-t-il pas finir comme Brian Wilson ou Syd Barrett deux de ses idoles totalement cramées ? Les musiques, quant à elles, sont de véritables « tueries » déconnectées de la réalité 2004 : on passe allègrement de la variété est-allemande à la musique de film en abordant également l’électro, l’easy listenning et la pop débridée, le tout sur des rythmes extraterrestres… Le programme que propose Sébastien Tellier est donc particulièrement surprenant, il devrait toutefois séduire les « zombi » amateurs de ritournelles hypnotiques venues de la quatrième dimension.


chronique publiée le 21/03/2004


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire