19/02/2020  |  5308 chroniques, 171 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 18/02/2020 à 13:15:36
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique disque
Scorpio Rising

Death in Vegas
BMG - 2002

Avec son nouvel album, Scorpio Rising, Death In Vegas a le courage de surprendre et de changer de son ! Cet album est, en effet, beaucoup moins électro que les deux précédents opus du groupe, Dead Elvis et The Contino Sessions.
Après une introduction surpuissante avec le morceau Leather, la voix planante de Susan Dillane donne le ton de l’album en vocalisant sur les arpèges de guitares et les claviers sixties de Girls. Très influencée par la musique indienne où les basses sont moins présentes, la musique du duo britannique a donc évolué vers la pop psychédélique sur un grand nombre de plages de Scorpio Rising. Cette transformation a été réalisée avec l’aide d’une kyrielle d’invités chargés du chant et de l’instrumentation…
Sur Killing smile, une chanson d’amour sans beats superflus, la voix magique de Hope Sandoval (qui apparaît aussi sur l’envoûtant Help yourself) et les violons magnifiques du « sorcier » indien Dr. Subramaniam réussissent à créer un classique… Dans le même registre, Diving horses est une pop song émouvante magnifiquement interprétée par Dot Allison sur un lit de violons délicieusement dissonants. On découvre aussi des titres plus rock comme Scorpio rising, chanté puissamment par Liam Gallagher qui se ressource loin d’Oasis, et So you say you lost your baby avec le grand Paul Weller derrière le micro. Le titre Hands around my throat, où Nicola Kuperus place sa voix troublante, ne risque pas, lui, de déboussoler les anciens fans de DIV ; c’est un véritable tube qui propulse les gens hors de leurs sièges !
Le moment de bravoure du disque, Natja, est une ode aux voyages spatiaux teintée de psychédélisme ; en écoutant ces sons tournants on pense à Like spinning plates de Radiohead. Comme le groupe d’Oxford, Richard Fearless et Tim Holmes ont réussi à reproduire les bruits qu’on entend à bord d’une soucoupe volante !
Cet album très réussi permet de se relaxer puis de se défouler intelligemment, il prouve de manière irréfutable que Death In Vegas est un groupe de très grande classe !


www.continorooms.com

chronique publiée le 04/11/2002


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire