16/09/2019  |  5229 chroniques, 169 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 01/09/2019 à 18:56:09
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique disque
Please don't touch

Steve Hackett
Virgin - 1978

Que du bon sur ce deuxième album de Steve Hackett qui mêle allègrement les genres.
A l'image de Please don't touch, le morceau titre, qui doit être écouté « ... as loudly as possible », l'album contient plusieurs morceaux percutants, développant des ambiances diverses, passant de l'inquiétant au « festif » au sein d'un même titre.
Impossible de ne pas être conquis par Carry on up the vicarage aux allures de chant de Noël : on jurerait un choeur du Père Noël et de ses lutins, morceau qui narre en fait une sombre histoire de meurtre dans un petit village.
Visiblement Steve s'amuse, ose et c'est un plaisir de le suivre dans ses expérimentations.
La part belle est aussi faite aux mélodies diaphanes dont il a le secret avec How can I ? ( le seul titre d'Hackett que j'ai eu la renversante surprise d'entendre un jour à la radio) ou Kim, que l'on retrouvera réorchestré quelques années plus tard sur Bay of kingsHoping love will last est également renversante et ornée de la seule voix féminine invitée sur cet album, celle de Randy Crawford.
Dans un exercice où d'autres se seraient égarés, Steve passe magnifiquement le cap du second disque et signe un des albums les plus attachants de la nébuleuse « Génésienne ».


www.stevehackett.com/

chronique publiée le 08/07/2004


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire