15/09/2019  |  5229 chroniques, 169 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 01/09/2019 à 18:56:09
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique disque
Altitude Zero

Agora Fidelio
Jerkov - 2004

Chanter du rock en utilisant la langue de Molière n'a jamais été un excercice facile. Très peu de groupes y ont excellé. On peut citer Noir Désir ou Luke puisqu'Agora Fidelio y fait référence. Et encore, une voix comme celle de Bertrand Cantat est plus proche d'un chanteur à textes que celle d'un chanteur de rock américain. C'est peut-être ce qui pèche ici sur quelques morceaux (les plus énervés) où la voix de Milka est un peu maniérée. Mais ce très léger défaut se fait vite oublier par la qualité des musiciens alliée à de très bonnes mélodies et des idées originales. Comme cette guitare jazzy en introduction de De la route à faire ou sur l'instrumental Les danseurs se figent. La clarinette hypnotique de L'eau qui dort, les choeurs arabisants de La soif. Sur l'excellent instrumental Les équilibristes, on regrettera seulement que le groupe reste un peu en retenue alors qu'il aurait pu lorgner vers la cathédrale sonore de Mogwai.
L'album dégage une ambiance de fausse sérénité à l'image de Juste à peine où la voix douce du chanteur est en retrait alors que les guitares sont en tension. La félure se découvre tout au long de textes intéressants.
Cette Altitude Zero est loin d'être au ras des pâquerettes.


www.agorafidelio.fr.st/

chronique publiée le 10/07/2004


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire