21/09/2019  |  5232 chroniques, 169 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 19/09/2019 à 14:39:42
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique festival
Les Volcaniques de mars - samedi 19 mars

2005

Tokyo Sex Destruction, Sharon Jones & The Dap-Kings, Neurotic Swingers, Las Vegas Dead Brides

Clermont-Ferrand (France)

du : 11
au : 20 mars
Joliment intitulée « Black & Wild », la soirée Punk ‘n soul des Volcaniques de mars a parfaitement tenu ses promesses ; du bruit, de l’énergie punk, des rythmes funk ‘n soul, des guitares cradingues, le public en a vraiment eu pour son argent !

Las Vegas Dead Brides :

C’est malheureusement devant une assistance un peu restreinte (et molle de surcroît) que la soirée a débuté dans la grande salle de la Coopérative de Mai… Peu importe finalement, ceux qui étaient présents dès le début ont pu se délecter des morceaux garage punk des Las Vegas Dead Brides. Beaucoup mieux sonorisé que lors de son passage aux Abattoirs à Riom, le combo clermontois a une nouvelle fois démontré l’étendue de sa classe. La formule Las Vegas Dead Brides est simple… mais efficace. Si vous mélangez avec violence des riffs de psycho blues concassés, des solos aigrelets et coupants, un chant teigneux, un harmonica fiévreux, une basse vrombissante et une batterie sèche, vous obtiendrez un concentré de psycho punk garage totalement renversant. Tout cela sonne malsain, crade, énervé, pour un peu l’on se croirait dans un garage chaud et humide, dans les années 60. Et ce qui devait arriver arriva, ça énerve tout le monde dans le public, qui a même droit à deux nouveaux morceaux prometteurs et à des reprises de bon aloi (Billy Childish)… L’excellent 45 tours sorti en fin d’année dernière (enregistré dans une cave…) risque donc de faire des petits. Personne ne s’en plaindra !

Neurotic Swingers :

Juste après, les Neurotic Swingers ont à nouveau fait une excellente impression (leur concert à Aurillac en octobre laisse un bon souvenir) en enchaînant à la vitesse de la lumière leurs compositions punk ‘n roll, courtes, accrocheuses et percutantes. Ils ont malheureusement dû affronter un public froid et incroyablement amorphe : la réputation des Clermontois ne risque pas de s’améliorer du côté de Marseille… Ceux qui apprécient leur punk rock servi avec violence ont néanmoins passé un pur moment de rock ‘n roll en excellente compagnie. Si l’on pense aux Américains de Green Day sur quelques titres joués au début (pour le chant et certains plans de guitare), la suite de la set list permettra de voir déferler une sorte de best of punk 77 totalement jubilatoire. Les cris, les riffs, les poses méchamment rock et les rythmiques jouées à fond se succèdent sans temps morts. Le résultat est là : les Neurotic Swingers nous font salement tourner la tête ! Tout ceci se finit un peu en queue de poisson (et trop vite) à cause de l’apathie générale dans la salle, mais le groupe marseillais a une fois de plus donné un concert joyeusement remuant. Les disques des Neurotic Swingers sont vivement conseillés aux punk addicts...

Sharon Jones & The Dap-Kings :

Juste après, la surprise de la soirée - Sharon Jones -, a réussi a faire sortir de leur torpeur des spectateurs jusque-là bien calmes. Il faut dire que le cocktail funk ‘n soul proposé par la chanteuse Sharon Jones (croisement entre Tina Turner, Aretha Franklin et... James Brown) et ses excellentissimes musiciens (The Dap-Kings) est absolument irrésistible ! La section de cuivre est tout simplement divine, le guitariste est une véritable usine à gimmicks entêtants, le bassiste possède un Mojo qui marche à tous les coups, le batteur et le percussionniste sont doués et la chanteuse peut s'enorgueillir d'avoir des cordes vocales magiques ; il est donc tout à fait normal que le résultat soit imparable et communicatif. Le public se trémousse langoureusement en ayant une seule chose en tête : devenir une Sex machine infatigable jusqu’au bout de la nuit. Tout le monde devrait écouter Sharon Jones & The Dap-Kings, le monde irait mieux, c’est sûr !

Tokyo Sex Destruction :

Après ce réjouissant moment, les furieux Espagnols de Tokyo Sex Destruction étaient chargés de clôturer la soirée en beauté. Inutile de dire qu’ils n’ont pas failli… Mais on s'en doutait un peu après leur prestation pour le moins mémorable au Printemps de Bourges en 2004 et leur disque, Red Soul Comunnite (10 Points Program). Avec force titres rock ‘n roll, moult chorégraphies énervées et autres discours surexcités pour haranguer la foule, cela ne pouvait que ravir les amoureux de rock servi brûlant. Les fans hystériques d’Iggy and The Stooges et du MC5 ont passé des instants dont ils se souviendront longtemps. Leurs jambes et leurs nuques, en miettes à force de remuer, également… Le punk teinté de garage et de soul de Tokyo Sex Destruction est plus que jamais à voir absolument sur les planches.

Malgré la (relative) désaffection du public, cette soirée Black & Wild fut donc une éclatante réussite, qui en appellera de nombreuses autres, espérons-le !

Sites internet : www.chez.com/neuroticswingers/, www.inforockauvergne.com, www.daptonerecords.com, www.dimmak.com/tokyosexdestruction/.


auteur : Pierre Andrieu - pierre@foutraque.com
chronique publiée le 22/03/2005

Partager


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire