15/09/2019  |  5229 chroniques, 169 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 01/09/2019 à 18:56:09
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique festival
Printemps de Bourges - vendredi 22 avril

2005

The Craftmen Club

Bourges, la Hune (France)

du : 19
au : 24 avril
The Craftmen Club : une psycho blues explosion en règle.

A 15h, dans la (trop) confortable salle de La Hune, The Craftmen Club a annihilé toutes velléités de sieste en proposant un set en forme de boulet de canon aux professionnels de la profession venus faire leur marché. Malgré l’horaire peu propice des Découvertes du Printemps de Bourges, les sièges rembourrés et le côté dramatiquement blasé d’une partie du public, The Craftmen Club a, selon l’expression consacrée, fait le show. Sur (comme sur disque d’ailleurs), les morceaux « psycho blues explosion » du furieux trio breton sont servis brûlants ; le (gros plus) en live : l’attitude (ultra rock ‘n roll) adéquate et l’accoutrement idoine.

C’est à une course de vitesse pour enchaîner les titres - très marqués par le concassage en règle du bluuuuuues (à la Jon Spencer donc) et le psychobilly sale des Cramps - auquel le public assiste… Tout de noir vêtus, possédés par leur musique (du diable), avec l’envie d’en découdre avec la terre entière et un désir sauvage de massacrer leur matériel, les trois musiciens ultra énervés jouent comme un seul homme, qui en défonçant consciencieusement ses fûts, qui en extirpant des riffs punk ‘n blues de sa guitare et des cris de son gosier, qui en sortant de méchantes lignes de basse, plié en deux (au risque de se faire un lumbago, n’essayez surtout pas ça chez vous !)…

Juste en face de cette démonstration de force et de classe rock, on se retrouve carrément collé au siège, les yeux écarquillés, les oreilles en charpie et avec une petite idée derrière la tête : détruire les sièges en sautant à pieds joints dessus et les balancer en travers de la gueule des mollassons qui n’applaudissent que poliment. Retenez-moi ou je fais un malheur ! Benoît 16 (le père de Damien Saez ?) a vraiment raison : le rock ‘roll, c’est pas bien ; cela peut pousser un calme trentenaire à s’énerver dangereusement dans une salle de concert, alors qu’il pourrait tranquillement penser à ses points retraite, en priant le petit Jesus ! Bref... Au bout d’une demi-heure de morceaux de blues ‘n roll lardés de samples de gimmicks de guitare entêtants, The Craftmen Club qui la scène, après une séance jouissive d’escalade de batterie, de dislocation de matos et de déclenchement de larsens, le devoir accompli : il a pu présenter ses morceaux sans aucune concessions et sortir de sa léthargie une bonne partie du public… Remettez-nous ça très rapidement, s’il vous plaît messieurs !

A lire également sur le Printemps de Bourges 2005 : les chroniques des concerts de The National + Herman Düne, Interpol + Bloc Party + Gomm, Low + Ray Lamontagne, Nancy Sinatra + Alexandra Roos et Marianne Faithfull + Françoiz Breut...

Photo Flore-Anne Roth


craftmenclub.free.fr/
www.printemps-bourges.com


auteur : Pierre Andrieu - pierre@foutraque.com
chronique publiée le 08/05/2005

Partager


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire