20/10/2019  |  5246 chroniques, 169 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 19/10/2019 à 17:49:20
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique festival
Printemps de Bourges - jeudi 21 avril

2005

Soldout

Bourges, la Soute (France)
Une découverte bientôt soldout...

Ils arrivent à deux. Normal, c’est un duo. Et immédiatement, ça sonne. Normal, ils sont Belges. Ils s’appellent Soldout, ils jouent à la Soute dans le cadre des Découvertes du Printemps de Bourges. Et leur musique est en quelque sorte un effroyable télescopage entre une électro pop à la Depeche Mode/Soft Cell, une Techno hardcore façon Front 242 et un rock industriel malsain. Avec, en plus, un chant féminin mutin, parfois un peu à la PJ Harvey (ou à la Shirley Manson) et un côté arty/bruitiste/expérimental pas désagréable… Vous allez me dire : « Il n’y a rien d’original là-dedans ». Et je vous rétorquerais alors aussitôt et fort à propos : « Non… mais si. » Car si le créneau électro rock influencé par les années 80 est un peu encombré, Soldout réussit à sonner « personnel » grâce à un choix de boucles, samples et beats original (et le plus souvent, vrillant). Il y a également le côté froid et glacé de la chanteuse qui rajoute une touche mystérieuse et provocante, sans oublier le comportement autiste de son acolyte derrière les machines, qui inquiète un peu, lui…

Ah, j’allais oublier les projections minimalistes qui interloquent, sauvagement passées en boucle qu’elles sont. Et puis, surtout, tous les morceaux sonnent comme des tubes (You’re different ou encore The keys, par exemple), c’est à en devenir complètement dingue. Ahhhh mais ça énerve carrément, la musique de Soldout : j’aurais presque envie de danser comme un malade pour finir en me roulant par terre (alors qu’il doit bien être 13 heures 05 - à tout casser - et que je viens d’ingurgiter goulûment une spécialité locale ultra légère : le kebab). Enfin, je crois discerner LE tube (parmi les tubes) qui achève de me convaincre, définitivement. Il s’intitule I don’t want to have sex with you. Dommage, je commençais à être super chaud...

A lire également sur le Printemps de Bourges 2005 : les chroniques des concerts de The Craftmen Club, The BellRays + Nashville Pussy + The Ex, The National + Herman Düne, Interpol + Bloc Party + Gomm, Low + Ray Lamontagne, Nancy Sinatra + Alexandra Roos et Marianne Faithfull + Françoiz Breut...

Photo Flore-Anne Roth


www.soldout.be
www.printemps-bourges.com


auteur : Pierre Andrieu - pierre@foutraque.com
chronique publiée le 12/05/2005

Partager


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire