15/09/2019  |  5229 chroniques, 169 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 01/09/2019 à 18:56:09
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique festival
Primavera Sound - jeudi 26 mai

2005 (soirée d'ouverture)

Maxïmo Park, Arcade Fire, Los Planetas, Radio 4, Vitalic...

Barcelone (Espagne)
Une bière San Miguel au bord d'une terrasse située dans le quartier Poble Sec. Mon aventure barcelonaise commence tranquillement et avec le beau temps qui persistera tout au long du week-end. Poble Sec se situe au pied de Montjuich, proche donc du Poble Espanyol (ancien site du festival). Mais cette année changement d'ambition et donc changement de site. 2 lignes de métro et pas mal de stations plus loin, on se retrouve au Forum. De jour, ce site gigantesque paraît inhumain. La fumée (brouillard ?, incendie ?, pollution ?) sortant du port de Barcelone donne encore plus un côté irréel, presque lunaire, au lieu. Au loin une fabrique industrielle paraît tout droit sortie d'une pochette de Pink Floyd. Cette grande friche portuaire nous oblige à user nos baskets pour passer d'une scène à l'autre (6 scènes !). A première vue ce site n'a pas de cachet, mais la nuit tombant avec une lune rousse se reflétant sur la mer, cela a déjà plus de gueule. Et au fur et à mesure, le site se montrera assez fonctionnel : de l'espace, quelques coins de pelouse et de repos pour nos oreilles qui auront encore été mises à rude épreuve ce week-end.


Le site du Forum (Photos de math < u>)

A cause d'une queue étonnamment longue pour obtenir son pass (mauvaise organisation), j'arrive à la fin du set d'Art Brut. Ces britanniques ont l'air assez furieux.

La signature d'un groupe rock sur le prestigieux label électro Warp avait ouvert mon appétit et j'étais curieux de voir les Maxïmo Park à l'oeuvre. Hélas, déception à tous les niveaux. Malgré un belle dépense d'énergie du chanteur Paul Smith (chorégraphie assez semblable à celui de Ghinzu), tout cela sonne bien plat (à la limite du commercial) et la qualité des musiciens n'est pas d'un haut niveau. Rien ne ressort du set à part les singles Graffiti et Apply some pressure.

Au contraire, Arcade Fire, qui vient également de sortir son premier LP (l'excellent Funeral) nous propose un concert flamboyant et émouvant. Ces 7 musiciens interchangeables se régalent sur scène et ont un plaisir communicatif à jouer ensemble. Cela paraît être un cirque baroque où le funambule est roi : leur musique assez bordélique à première vue peut déraper à tout moment avant de se rattraper de plus belle.


Arcade Fire (photo primaverasound.com)

Place maintenant au groupe emblématique de la scène indie espagnole, Los Planetas. Au début leur noisy-pop paraît un peu poussif. Leur leader, l'énigmatique Jota, semble absent. Mais quand ils enchainent les tubes, comme à la fin de leur set, et que le public ibérique se met à se déchainer, on ne boude pas notre plaisir.

Les New-Yorkais de Radio 4 assurent le minimum syndical. On résiste difficilement à l'envie de danser sur leur rythmique implacable mais un manque d'émotion et des chansons un peu répétitives me rendent un peu léthargique. Le tube planétaire Dance to the underground me sort un instant de mon sommeil.

Déjà 3h15 du matin. La fatigue se fait sentir. La raison me dit qu'il faut rentrer car il y a encore 2 bonnes soirées à se farcir. Mais ce diable de Foutraque Zéro, l'infatigable math < u> , me convainc de rester pour Vitalic. Même si je suis prêt à le tuer lors du set des mauvais Services qu'on est obligé de se taper avant.
Mais le live de Vitalic valait le coup d'attendre. Un set très intelligent qui passa de montées en puissance, au son acide et rêche, lié à une rythmique batucada, à des moments plus ambient. Le public rock ne put résister à la version étirée de La rock ou My friend Dario. Un Vitalic heureux d'être là et qui aurait aimé jouer plus longtemps.

Quand la musique s'arrête la descente est assez rude et nos carcasses ont du mal à avancer. Putain ! Encore 2 jours...


www.primaverasound.com

auteur : Nicovara -
chronique publiée le 31/05/2005

Partager


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire