20/11/2019  |  5268 chroniques, 170 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 19/11/2019 à 15:31:33
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique festival
Jazz à Luz - dimanche 10 juillet

2005

Fred Frith & Camel Zekri, Ursus Minor, Spontane, Raymond Boni & Alex Grillo...

Luz-Saint-Sauveur (France)
La soirée du samedi a été bien arrosée pour la Foutraque Team. On rate donc le début de la ballade musicale pour cause de réveil un peu difficile. Le beau temps est au rendez-vous : que demander de mieux pour faire une promenade un peu particulière ? On y rencontre tout d'abord un énergumène du nom de Ronan Tablantec, au look de pêcheur breton, accompagné d'un haut-parleur. Ce personnage haut en couleurs sera notre guide, pour notre plus grand plaisir. La 1ère étape fait un arrêt dans un patio d'une maison que l'on ne s'imagine pas pyrénéenne. Au programme, le guitariste Raymond Boni, au toucher exceptionnel, est accompagné de son fils à la contrebasse et d'Alex Grillo au vibraphone. Un esprit flamenco traverse la musique du trio.


Ferdinand Doumerc (Pulcinella)

Le second arrêt se passe au bord d'une fontaine ombragée où l'on écoute Ferdinand Doumerc et l'étonnant Frédéric Cavallin aux percus (tous deux de Pulcinella). Après quelques chansons, Raymond Boni et son fils viennent les rejoindre pour taper un boeuf improvisé.

La marche continue et cela monte de plus en plus, mais l'humour corrosif et la musique sortant du petit haut parleur de Ronan nous aident à surmonter l'épreuve.

On arrive dans un petit pré ou l'on s'allonge pour écouter les mélodies douces de l'accordéon de Florian Demonssant (Pulcinella). La faim se fait sentir mais la ballade n'est pas encore finie. Quelques morceaux de Pulcinella plus loin, on entame une descente rocambolesque avant d'arriver à la colline Solférino pour un pique-nique bien mérité. Des motocyclettes sortant d'une autre époque viennent perturber notre tranquillité. Ce sont les Tobrogoï qui viennent de nouveau jouer.

Puis c'est l'heure de l'exercice en solitaire de Ronan Tablantec. Pendant 45 minutes, le bonhomme montrera son grand talent d'improvisation, son érudition, son humour décapant et plein d'ironie grinçante. La famille moyenne, les intellos du jazz, les Tobrogoï, les cachets misérables des artistes, Fred Frith, les enfants (« J'aime beaucoup les enfants, c'est pourquoi j'en ai pas ! »)... tout passe à la moulinette. Chapeau !


Raymond Boni & Alex Grillo

Un petit café et ça repart, direction la maison de la vallée pour le fil rouge du festival, la rencontre entre percussionistes et « joueurs de cordes ». Cette fois-ci, au programme, Raymond Boni & Alex Grillo. Le vibraphone et la guitare ont du mal à dialoguer ensemble.


Camel Zekri

Direction le Verger, pour la grosse soirée du festival puisque 3 concerts sont au programme. Tout d'abord LE concert du festival avec Fred Frith accompagné d'un autre guitariste, Camel Zekri, aperçu l'an dernier dans Le Diwan de Biskra. C'est la première fois qu'ils jouent ensemble. On croirait pourtant que cela fait des années : le duo est en total fusion et se complète à merveille. D'un côté, Camel Zekri, au style aérien et doux, et de l'autre Fred Frith, plus percutant. Ce dernier utilise une serviette, des pinceaux, du gravillon, des baguettes pour pincer ou frapper ses cordes et sample ses sons à volonté. Voyage hypnotique emmené parfois par la voix arabisante de Camel. Le final est apocalyptique. C'est beau à écouter mais aussi à voir.


Fred Frith

Le bonheur continue avec Ursus Minor, le projet du pianiste Tony Hymas, autour du saxophoniste français François Corneloup, du guitariste au jeu fin et technique Jef Lee Johnson (guitariste entre autres pour Prince ou Michel Portal) et enfin du batteur exceptionnel et puissant, Dave King (membre de Bad Plus). Un concert électrique, fiévreux, qui mélange allègrement le free jazz au blues et même au reggae.


Ursus Minor

La soirée se termine avec Spontane. Malgré quelques bons passages (sonorités électroniques), ce projet qui mélange jazz, hip hop et rock est un peu trop brouillon pour convaincre. De plus le flow du MC n'est pas assez dense pour porter la musique.

Le ciel étoilé me guide vers ma tente pour une bonne nuit méritée.

(Photos : Nicovara)


www.jazzaluz.com
www.allumesdujazz.com
www.fredfrith.com

auteur : Nicovara -
chronique publiée le 19/07/2005

Partager


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire