29/03/2020  |  5333 chroniques, 171 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 28/03/2020 à 15:36:48
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique festival
Festival de Sédières - mardi 26 juillet

2005

Jean-Louis Murat, Polar, Karin Clercq

Sédières (France)

du : 22 juillet
au : 26 juillet
Grâce à la présence de Jean-Louis Murat (dont c’était la seule apparition sur scène cet été), la dernière soirée du festival de Sédières a fait le plein : entre 600 et 700 personnes se pressaient dans la grange rénovée pour voir le franc tireur de la chanson française se produire avec en premières parties Karin Clercq et Polar.

Karin Clercq

C’est la jeune (et très jolie) Belge Karin Clercq qui foule en premier les planches, pour proposer un set de bon aloi entre chanson française, folk et rock. Bien épaulée par Guillaume Jouan (l’ex guitariste/compositeur de Christophe Miossec, ici à la composition, à la guitare mais aussi à la basse ou encore à la trompette) et un autre Breton, Luc Page (à la guitare également), Karin Clercq chante avec un joli brin de voix des morceaux plutôt accrocheurs. Les textes (parfois osés) évoquent des histoires assez personnelles sur les errances amoureuses ; les musiques, quant à elles, vont du folk/rock enlevé à la ballade mélancolique. Si l’on sent des ressemblances avec l’univers de Miossec, Karin Clercq dispose d’assez d’atouts (bien à elle) dans son jeu pour percer.

Polar

Quelle mouche a piqué Polar ? On avait apprécié son dernier opus (Somatic, paru en 2004), et l’on se souvenait d’un très bon concert de folk aride donné à Clermont-Ferrand au Sonic Rendez-Vous à la fin des années 90, et voilà que notre homme se met à chanter en français (des textes sans intérêt) avec une voix geignarde et à se faire accompagner par la section rythmique de Cali, enlevant ainsi toute originalité à sa musique. C’est bien dommage…

Jean-Louis Murat

C’est un fringuant Jean-Louis Murat (tout de blanc vêtu et orné d’un chapeau de paille du meilleur effet) qui, une heure et demi durant, a survolé son répertoire récent en compagnie des indispensables Fred Jimenez, Stéphane Reynaud… et Jennifer Charles, pour deux titres de A bird on a poire. Venu en voisin connaissant parfaitement le « terrain » (il habite à une heure de Sédières et était venu applaudir les Tindersticks, il y a trois ans), JLM a offert un superbe concert dans la veine de sa récente tournée Moscou. Intros blues rock étirées en solos de guitare inspirés, chant habité, éclairages propices au trip, section rythmique au cordeau, répertoire aux petits oignons : difficile pour le très nombreux public de bouder son plaisir d’être là, en Chiraquie, avec Murat. De La maladie d’amour aux Jours du jaguar en passant par Et le désert avance, La fille du capitaine et le très Creedence Clearwater Revival Jeanne la rousse (sans oublier les « hits » Le cri du papillon et L’au-delà), l’Auvergnat qui a toujours une Petite idée derrière la tête a offert un panorama complet de ses talents. Mais le bonheur n’aurait pas été total sans un extrait du superbement pop A bird on a poire, aussi Jennifer Charles, qui aime son Jean-Louis depuis Mustango, est-elle restée après le concert d'Elysian Fields donné hier soir pour chanter les langoureux Elle était venue de Californie et French Kissing. Deux morceaux (seulement ?) et la belle regagne les loges, laissant les hommes conclure seuls ce concert excellent, mais trop court.

A lire également : des entretiens avec Murat en octobre 2004 (sur A bird on a poire), octobre 2003 (sur Lilith) et juin 2003 (sur le concert pour Koloko).

Sites Internet : www.sedieres.fr, www.jlmurat.com, www.elysianmusic.com, www.karinclercq.com, www.polar-music.com.


auteur : Pierre Andrieu - pierre@foutraque.com
chronique publiée le 03/08/2005

Partager


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire