20/11/2019  |  5268 chroniques, 170 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 19/11/2019 à 15:31:33
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique festival
Jazz à Luz - samedi 7 juillet

2007

MOP

Luz Saint-Sauveur (France)
L’important est-il de connaître ou de découvrir sans cesse ? Cette phrase est le leitmotiv du festival Jazz à Luz. Depuis de nombreuses années, j’y ai écouté des choses très étonnantes, vu des façons incroyables d’utiliser des instruments. Je pensais donc m’être habitué. Mais voilà qu’avec le concert d’ouverture du festival, je sors encore abasourdi et ébahi par ceux que je viens de voir et d’écouter. À Jazz à Luz ces 2 verbes sont inséparables.

Photo Sharing and Video Hosting at Photobucket

Bettina Kee


L’auteur de ce concert surprenant est le trio parisien MOP. MOP est le nom d’une protagoniste du film Va Savoir (de Jacques Rivette), interprétée par Bettina Kee, pianiste du trio. MOP mélange habilement musique contemporaine et jazz traditionnel à travers une recherche sonore et d’innombrables façons d’utiliser son instrument. Bettina Kee pince les cordes de son piano, prend des chaînes de fer, prend des couvercles en plastique, lance des balles de ping-pong. Elle offre son corps au piano en jouant furieusement avec ses coudes. On la verra plus tard dans la soirée avec un gros bleu sur le nez pour avoir frappé trop violemment les touches de son piano.

Jean-Philippe Morel

De son côté, le contrebassiste Jean-Philippe Morel frotte sa main sur le bois de son instrument, écarte les cordes, insère du papier journal, les frappe avec un archet, les escalade. Le son de sa contrebasse se transforme en rytmique électronique répétitive et lancinante. On est pas loin de la drum’n’bass. Il fait rugir son instrument tel un lion.

Jean-Philippe Morel & Emiliano Turi


Le jeu du batteur Emiliano Turi se confond parfois à un feu d’artifice ou à des bombes qui explosent. Sur d’autres moments, on croirait le bruit d’une horloge ou la sonnerie d’une école.
Tout ce beau monde arrive à retomber sur ses pieds. Alors que la pianiste déroule une sonate classique, les 2 autres jouent de façon furieuse. Ce paradoxe est un pur moment de beauté. Un moment magique comme souvent les concerts de Jazz à Luz peuvent nous entraîner.

Photos de Nicovara




www.jazzaluz.com
www.chief-inspector.com
www.myspace.com/chiefinspectorrecords

auteur : Nicovara -
chronique publiée le 11/08/2007

Partager


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire