20/10/2019  |  5246 chroniques, 169 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 19/10/2019 à 17:49:20
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique festival
Jazz à Luz - samedi 5 juillet

2008

Heddy Boubaker, Phil Minton, United Colors Of Sodom, Bazar Kumpanya

Luz Saint-Sauveur (France)
Photobucket

Nusch Werchowska & Heddy Boubaker


Il m’est toujours difficile d’ingurgiter un concert à 11h du matin. C’est pourtant à cette heure-ci que le festival programme les concerts les plus novateurs. Ce matin, on a eu droit à un fouet de cuisine dans les cordes du piano (Nusch Werchowska), à un batteur (Mathias Pontévia) qui s’amuse à frotter ses cymbales sur ses fûts et à utiliser de l’aluminium comme rythmique et à un saxophoniste (Heddy Boubake) utilisant son souffle comme sonorité.
Photobucket

Nusch Werchowska


L’autre concert du jour à la maison de la vallée fut aussi déconcertant. Phil Minton montra tout ce que l’organe vocal humain peut sortir comme sons : souffle, soupir, sons gutturaux, chant d’oiseaux, chat que l’on égorge, voix de dessin animé ou de baryton… Étonnant à écouter et surtout à voir : on aurait cru parfois un fou. À côté, on ne distingua pas trop le saxophone sauf quand ce dernier se mit à faire le son des moustiques.

Le soir, le collectif United Colors Of Sodom donna un concert un peu trop brouillon et foisonnant pour me convaincre totalement. Cependant cette musique épique donna de bons moments : le mélange entre une guitare métal et le vibraphone, un accordéon à la saveur tango et l’opposition des voix entre Médéric Collignon et Sébastien Lemonon.

Du coup, après la furia de UCS, le concert de Bazar Kumpanya pouvait paraître un peu ronronnant. Mais on se laissa bercer sans difficulté par les senteurs turques du nouveau projet de Didier Labbé. Avec au passage un coup de chapeau au joueur de saz (luth turc) lorsqu’il électrifia son instrument. Par contre les vidéos n’apportèrent rien au niveau artistique.


www.jazzaluz.com
www.myspace.com/jazzaluz

auteur : Nicovara -
chronique publiée le 25/07/2008

Partager


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire