22/10/2019  |  5247 chroniques, 169 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 21/10/2019 à 17:31:11
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique festival
Jazz à Luz - lundi 7 juillet

2008

Joe McPhee, Raymond Boni, Hamid Drake, The Fish, On Benito

Luz Saint-Sauveur (France)
La fatigue commence à se faire sentir. Mes gestes sont plus lents. Quoi de mieux alors de se faire réveiller par la douceur de Joe McPhee ? Empli d’humanité et d’humilité, le bonhomme nous explique qu’à cette heure-ci (11h), il a plus l’habitude de faire des ateliers avec les enfants. Il nous propose alors de nous raconter des histoires de jazz à travers des morceaux joués à la trompette et au saxophone. Le son est doux et apaisant à l’image du dernier morceau, une reprise très personnelle de My Funny Valentine. Tout simplement beau.

Photobucket

Fanfare P4 accompagnant la pause gastronomique en musique


Après un arrêt gastronomique somptueux (mouton du coin, haricots tarbais et fromage des Pyrénées), la sieste s’impose. Du coup, je rate une grande partie du débat. Mais je ne manque pas la belle rencontre improvisée entre 4 grands saxophonistes : Joe McPhee, François Corneloup, Daunik Lazro et Jean-Luc Guionnet.

Photobucket

Sax Summit


Une autre belle rencontre à la maison de la vallée entre le batteur américain Hamid Drake et l'un des meilleurs guitaristes français, Raymond Boni. Ce dernier joue de façon percutante et frénétique. Ses doigts courent sur les cordes à la vitesse d’un sprinteur. Avec ces pédales, il rajoute pas mal d’effets notamment quand il prend son harmonica. À ses côtés, Hamid Drake semble plus tranquille avec son balancer naturel. Ce contraste est intéressant à voir et à écouter.

Photobucket

The Fish


Le soir, The Fish donne une leçon de free-jazz avec un concert brûlant. Une incandescence hypnotique qui sent le soufre. Un saxophoniste furieux, comme le Coltrane de la dernière époque, soutenu par une rythmique exaltée avec un Edward Perraud (batterie) qui paraît possédé. Le public est ravi et en redemande. Mais il n’y aura point de rappel car ces messieurs viennent de tout donner jusqu’à en brûler leurs ailes.

Pour le dernier concert du festival, les Basques d’On Benito sortent le gros son. Ce duo guitare et batterie habillé en filles joue un garage blues proche du Jon Spencer Blues Explosion avec des paroles basques. L’énergie de ce groupe permet au public de jeter ses dernières forces pour terminer cette édition 2008 avec bonheur.

Top 5 du festival 2008 :

1. Ryoji Ikeda
2. The Fish
3. Duo Boni-Drake
4. Cannibales & Vahinés
5. Hélène Labbarière quartet



www.jazzaluz.com
www.myspace.com/jazzaluz

auteur : Nicovara -
chronique publiée le 30/07/2008

Partager


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire