20/11/2019  |  5268 chroniques, 170 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 19/11/2019 à 15:31:33
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique festival
Rock en Seine - jeudi 28 août

2008

R.E.M., Tricky, Dirty Pretty Things, Hot Chip, Narrow Terence, These New Puritans, Plain White T'S, Kaiser Chiefs, Apocalyptica

Domaine National de Saint-Cloud, Paris (France)

du : 20
au : 29 août
Grâce au show impeccable des vétérans de REM, la journée du 27 août restera en tête comme un excellent moment pour les festivaliers réunis au Domaine de Saint-Cloud à l'initiative de Rock en Seine...

La bande à Michael Stipe, remontée à bloc (comme à Vienne en 2003), a en effet très vite fait oublier la prestation dramatiquement triviale et lourdingue des Kaiser Chiefs, qui étaient programmés juste avant sur la grande scène. Hurler à qui mieux mieux et haranguer la foule permet parfois de passer en force auprès du public, mais proposer de bonnes chansons semble une bien meilleure solution... C'est celle qu'a choisi le groupe d'Athens : présenter un show best d'1h20 (un peu trop court !) composés des titres intemporels ayant jalonné son irréprochable carrière et l'agrémenter avec des titres récents (majoritairement en dessous du niveau des autres).

R.E.M.

Malgré une ou deux - légères - baisses de régime artistique, les bons moments se succèdent donc. Commencé avec le puissant et fédérateur Bad day, le concert permettra au public d'apprécier des versions tour à tour musclées ou touchantes de Drive, What's the frequency Kenneth, Ignoreland, Electrolite, Fall on me, The One I Love, Let me in, Imitation of life, sans oublier le mythique It's the end of the world. Très en forme et ravi de jouer devant une foule aussi enthousiaste, REM gratifiera le festival Rock en Seine d'un rappel d'anthologie avec Supernatural Superserious, Losing my religion et Man on the moon.

Dirty Pretty Things

Une conclusion idéale pour une journée à la programmation très disparate avec de belles découvertes (les très doués français de Narrow Terence, les postulants plutôt crédibles au titre de nouveaux Franz Ferdinand, These New Puritans), de lamentables efforts pour séduire le grand public (les regrettables Plain White T's et leur tube désespérant alignant cliché sur cliché , les ridicules métalleux d'Apocalyptica) et la confirmation du talent des Dirty Pretty Things et de Tricky.

Tricky

Dans deux styles radicalement différents - le rock débraillé mâtiné de pop accrocheuse pour les premiers et le trip hop aussi enfumé qu'envoutant pour le deuxième -, ces deux artistes ont fait tout à la fois preuve de nonchalance, d'énergie et de talent pour emporter leur auditoire dans leurs univers respectifs.

Hot Chip

Un talent que possède également l'ultra dansant groupe Hot Chip : ses tubes entre électro remuante, funk débridé et rock synthétique sautillant sont de nature à faire bouger n'importe quelle foule. Seul regret : le manque de charisme du groupe, il est vrai programmé à un horaire inadapté (17h).

Au final, et malgré quelques choix douteux, cette journée passée au domaine de Saint-Cloud avait de quoi réjouir le public ; elle proposait largement de quoi patienter jusqu'au lendemain (avec une programmation prometteuse, malheureusement décapitée par l'annulation de dernière minute d'Amy Winehouse).

Sites internet : www.rockenseine.com, www.myspace.com/rockenseine.

A lire également, e compte-rendu des concerts de The Raconteurs, The Jon Spencer Blues Explosion, Louis XIV, Jamie Lidell, Justice, Fortune, The Roots, Kate Nashles chroniques de l'édition 2007 du festival Rock en Seine : Arcade Fire + The Hives + The Shins + Dinosaur Jr + Hey Hey My My + Rodeo Massacre + Dizzee Rascal + M. I. A. + Rock & Roll, Kings of Leon + Bat For Lashes + Björk + Devotchka + Bromheads Jacket + Mark Ronson + Housse de Racket, The Jesus And Mary Chain + Cold War Kids + Jarvis Cocker + CSS + The Fratellis + Hellogoodbye.

Photos : Ros Miller (R.E.M., Hot Chip), Nicolas Joubard (Dirty Pretty Things, Tricky)


auteur : Pierre Andrieu - pierre@foutraque.com
chronique publiée le 03/09/2008

Partager


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire