29/03/2020  |  5333 chroniques, 171 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 28/03/2020 à 15:36:48
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique festival
Vieilles Charrues - dimanche 20 juillet

2003

R.E.M.

Carhaix (France)
En cette journée de grosse chaleur, l’événement était d'importance, car les apparitions de Michael Stipe et sa bande se font rares. Mike Mills vient avant le show régler son synthétiseur comme si de rien n’était, je lui fais signe et il lève son verre à ma santé… Je dois être un des rares à l’avoir reconnu car les fans sont plutôt discrets.

Début de set sur Kenneth avec une arrivée du chanteur en Ray Ban et chapeau de cow-boy, charismatique à souhait. Peter est en très grande forme et l’on remarque une grande complicité avec Scott, deuxième guitariste avec qui il forme le groupe Minus 5 entre deux albums de R.E.M. Drive est jouée dans une version acoustique et enchaînée avec un inédit de la future compilation, Animal.
Apparemment, il n’y a pas que de l’eau sur scène pour rafraîchir la bande.

Le son est très bon, la voix de Michael très présente et le listing varié : nous aurons autant droit à de vieux titres comme Finest worksong ou The one i love (superbe) qu’à des tubes comme Daysleeper et Losing my religion (qui est dédicacé au public, comme en 1995 et 1999). Un autre inédit et futur single est joué ce soir, Bad day, qui sonne bien rock.

She just wants to be arrive et c’est le meilleur morceau du spectacle, la fin de la chanson est électrique et tout simplement somptueuse. Enchaînement avec Walk unafraid et l'introduction très vocale de Michael, puis Man on the MoonPeter fait voir au chanteur où se trouve la lune. Mike est surpris de l’engouement des spectateurs à slamer sur la foule sur des tubes qui ne s’y prêtent pas du tout (comme Everybody hurts), cela restera le point noir d'un show où la bande d’Athens est à la hauteur de sa réputation. Orange crush de l’album Green puis un de leurs derniers hits, Imitation of life, version fidèle à l’original, précèdent le moment le plus rock du set, The end of the world.

It’s the end of the world as we know it, and i feel fine... Le public est déchainé et R.E.M. nous a fait passer un très bon moment, même si la musique du groupe se prête plus à une écoute en salle qu’en plein air.

Très grand souvenir, grâce notamment aux deux jours passés pendant ce festival.


www.remhq.com/
www.vieillescharrues.asso.fr/

auteur : Diego OnTheRocks - diego@musiques-en-live.com
chronique publiée le 20/07/2003

Partager


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire