26/09/2017  |  4874 chroniques, 162 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 22/09/2017 à 10:32:39
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique film
Ici Najac, à vous la Terre

Jean-Henri Meunier
France - 2006
avec : Henri Sauzeau, Serge Itkine, Samuel Itkine
durée : 1h 37min
Que doit-on penser du film consacré à Najac, petit village perdu au fond de l'Aveyron dont le seul signe distinctif est son château juché sur une colline qui, à l'orée de l'hiver, prend ses airs mystérieux noyé sous le brouillard ? Sans doute rien, car Najac n'est pas différent des autres villages de France. Il a comme eux un unique bar tenu par une patronne dépressive, des agriculteurs aux sens aiguisés des valeurs et fiers de cultiver la terre, un maire imposant toujours tiraillé quand il s'agit de préserver l'ordre public, une gare souvent vide avec son contrôleur qui passe le temps, un clown aux bras ballants, un retraité qui ne peut s'empêcher de travailler, un amoureux de la nature philosophe à ses heures perdues, un musicien anglais perdu dans la campagne. Bref Najac est un village rural similaire à tant d'autres, dont la population tient à elle seule dans une photographie.

Le réalisateur Jean-Henri Meunier (déjà auteur de La Vie Comme Elle Va) en dresse le portrait au fil des saisons et des événements. Rien de plus, rien de moins. Entre images saisies sur le vif et plans cadrés façon interview, Ici Najac A Vous La Terre se veut être un film sans prétention, sans message appuyé. Juste le reflet de ses différentes personnes, de leurs idées, de leurs coups de coeur ou de gueule, de leurs visions du monde et de ses environs vus de leur petit village. N'allez donc pas chercher un but, une démonstration ou même une idée, Ici Najac... n'en a pas, c'est juste un documentaire qui prend le temps au temps comme les agriculteurs qui vivent au rythme des saisons.

Néanmoins on pourrait traiter le documentaire de démagogique tant il montre des personnes simples et heureuses de vivre, oubliant que chacun peut avoir ses noirs moments. Démagogique dans le sens où la caméra ne s'installe que quand il fait chaud, oubliant les hivers rigoureux et la solitude. Démagogique quand il filme les deux agriculteurs profitant de leur labeur, oubliant que parfois une récolte peut être réduite à néant. Démagogique car il n'est jamais ici question d'argent pourtant essentiel au quotidien. Un contrepoint flagrant au très grand documentaire de Raymond Depardon : Profils paysans. Démagogique sans doute, mais cela n'est pas la question car le plus attachant restent des personnages souvent haut en couleurs et terriblement touchants. On ne peut passer à côté d’Henri Sauzeau, ce septuagénaire qui passe du rire aux larmes et qui en quelques scènes nous rappelle notre grand-père têtu comme une mule malgré ses quatre-vingt-quinze ans. Bref, Najac... n'est sans doute pas le film attendu mais sait nous émouvoir tout en parlant de la plus belle chose au monde: la vie !


auteur : DrBou - drbou31@hotmail.com
chronique publiée le 08/09/2006

Partager


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire