10/12/2018  |  5092 chroniques, 167 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 09/12/2018 à 15:44:14
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    chronique Dvd
Confessions publiques

Alain Bashung
Universal Music - 2000
Cette vidéo réalisée par Gilbert Namiand (Goldman, Zazie) relate la tournée 1995 de l’incomparable Bashung.
Celui-ci débute doucement son spectacle a quatre pattes avec Les grands voyageurs et déjà une atmosphère de communion plane sur le Chabada d’Angers. Le rocker tout de cuir noir vêtu, tantôt avec une guitare, tantôt avec un harmonica, chante merveilleusement bien (J’écume), le public savoure les paroles parfois controversées mais toujours explicites. Banjo de rigueur pour Osez Joséphine sur laquelle le réalisateur se permet la fantaisie pas encore militaire de filmer le chanteur comme dans le clip, tournoyant. L’image 4/3 est granuleuse et les couleurs légèrement baveuses (notamment le bleu), le son se limite à une stéréo convenable. Le set devient de plus en plus rythmé et secoué (Légère éclaircie puis Bombez) pour retomber dans l’intimisme qui colle à la peau du chanteur. Peu bavard, Alain allume un clope, s’assoit sur un côté de la scène et regarde ses musiciens œuvrer, il faut reconnaître qu’il est bien entouré. Les tubes Vertige de l’amour, Volutes et Ma petite entreprise (magnifique) sont réservés pour la dernière partie du spectacle. Gaby est électrique puis tout le talent de l’artiste s’exprime avec Toujours sur la ligne blancheBashung flirte avec l’excellence. Le Rebel démontre une dernière fois ce qu’il vaut avec le meilleur passage du concert à mon goût, à savoir L’apiculteur. Riff reconnaissable entre mille pour un final somptueux, la gestuelle n’est pas sans rappeler le maître Gainsbourg. Il s’en va, on croit qu’il va revenir, en vain. Ni merci ni merde, l’ingratitude du personnage lui va si bien…
1 heure 50 de qualité musicale sans faute si ce n’est l’aspect technique qui méritait mieux en DVD.


www.alainbashung.com.fr/

auteur : Diego Lagaute - lagaute.diego@free.fr
chronique publiée le 16/04/2004

Partager


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire