25/04/2017  |  4794 chroniques, 159 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 24/04/2017 à 11:48:39
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    interview
Regis R ou l'art du détournement




Personnage haut en couleur dans le milieu de l'art, Régis R se fait appeler Prince Of Plastic (nom que lui donna une journaliste en couverture du magazine World Of Interiors), car il réalise des œuvres entièrement en plastique. Sa matière première, Régis-R la récupère, la chine et la glane ici et là pour en faire des sculptures (de type totem), des objets de décorations (mobile/lampes/chandeliers/ lustres/appliques) et des installations entre le ready-made et le pop art. A sa façon, en recyclant et en détournant le plastique il contribue à défendre l'environnement !

Ces réalisations, qu’il créé dans son atelier à Aubervilliers (en banlieue Parisienne), ont en commun d'avoirs des couleurs pop et flash. Un effet renforcé avec la lumière électrique qui est souvent utilisé, pour les lampes évidemment, mais aussi pour ses installations et sculptures. Pendant ses vernissages, installé sur un trône et habillé en prince (avec la couronne, la canne, les lunettes…) Régis-R répond aux questions des visiteurs et clients potentiels avec sérieux et humour. C'est un pur personnage excentrique !

Après avoir abandonné ses études en architecture (mais avec un DEUG en poche) puis réalisé une escale en art plastique et à l'Ecole Nationale Supérieure des Arts Décoratifs, il trouve avec le plastique sa voix artistique. Qui l'amène à réaliser en 2008 dans le magasin du Printemps à Beaubourg une œuvre de 10 mètres de long nommée The Party is oveR. L’œuvre représente un squelette avec le majeur tendu ! Il est relié à une bande-son qui sort de son cœur (le son étant un vinyle qui tourne en boucle). Enfin passionné par la musique, Régis-R est Dj et anime de nombreuses soirées parisiennes.

Rencontre avec un prince hors du commun

Image Hosted by ImageShack.us

Quelles sont les activités du prince ?
Créer, rêver, regarder, dessiner, écouter, mixer. Mon travail est de ramasser nos merdes et de les transformer en œuvre. Tout est dans la transformation et dans le sens que j'y mets.

Qu’est ce qui vous plaît dans l’utilisation du plastique ?
C'est une matière intéressante par ses couleurs, ses formes, son omniprésence et ses techniques pour le travailler. Le plastique est en prise directe avec notre société de consommation. Il renvoie au quotidien de tout le monde, c'est une matière qui parle à tous. De plus elle est tellement courante qu’elle n'a que peu de valeur, même aux yeux de la plupart des récupérateurs. Donc peu de concurrence pour la collecte.

Comment décririez vous votre art?
Post pauvériste, trash art ? aRt.

On retrouve dans votre travail, les couleurs "bleu/blanc/rouge" comme le drapeau tricolore. Pourquoi ce choix ?
Plusieurs réponses. Je suis fière d'être français, mais pas dans un sens nationaliste classique. J'aime la langue Française, les valeurs de la République Française : liberté, égalité fraternité. Ensuite le bleu c'est l'infini céleste, le blanc la pureté, et le rouge la passion, la vie et aussi la mort.

Vous avez un DEUG en architecture. Pourquoi n'avez vous pas continué dans cette direction ?
Parce que j'étais nul, bien sûr ! "Il ne faut pas faire quelque chose qui ne soit pas votre genre, c'est une mauvaise idée". (Andy Warhol)

Image Hosted by ImageShack.us


Votre travail est basé sur la récupération des objets en plastique qui font parti du quotidien. Le prix de vos œuvres n'est pas a la porté de tous les budgets. N'y a t-il pas une contradiction sur la récup' et le prix un peu élevé ?
Fausse logique. En terme de production, cela coûte plus cher de produire avec des matériaux recyclés qu'avec des matériaux neufs. C'est pourtant bien connu. Sinon les objets pas chers seraient en matériaux recyclés, non ? Ensuite mes œuvres sont gratuites à regarder. Les idées dont elles sont faites aussi. En ce qui concerne la valeur d'une œuvre d'art, pensez-vous qu'elle est fonction des matériaux qui la composent ? Non, c'est valable aussi pour l'artisanat.

Votre style à un côté "art brut" (notamment pour la récup des matériaux). Vous êtes intéressé par ce style ?
Bof, vite fait. Je trouve généralement l'art brut trop brut, pas assez raffiné. Bien que j’ai beaucoup de respect et d'admiration pour certains de ses artistes et leur démarche.

Est-ce que vous avez décoré votre environnement ?
It's a way of life. Chez moi, franchement, c'est cool, créatif, un peu bordélique et saturé. Je dessine sur mes murs, je recouds mes fringues à tout va, je change toujours la disposition des choses, des meubles, selon mes envies, c'est constamment en perpétuel mouvement. Comme la vie. Dès que cela stagne, ça m'angoisse.

Que pensez-vous de l'augmentation du prix du pétrole ?
Je m'en fous, voire je trouve ça bien. Ca fait des années que je dis que le plastique va devenir une matière précieuse, qu'on ne l'utilisera plus que pour des applications spécifiques et techniques. Ca fait une raison de plus pour rouler en vélo. De toute façon il faut faire avec, et donc s'adapter. Je trouve ça bien.

Image Hosted by ImageShack.us

Vous avez fait une installation au Printemps à Beaubourg. Quelques mots sur ce travail. C'était quoi le sujet de la commande ?
Pas de commande, j’avais carte blanche.

Beaubourg est un lieu de passage, avec notamment beaucoup de touristes étrangers. Quelles ont été les réactions envers votre sculpture ?
Les réactions sont plutôt enthousiastes, notamment auprès des plus jeunes. Beaucoup de photos sont prises, c'est une grande satisfaction pour moi que mon travail voyage à travers le monde par ce biais.

Vous êtes aussi Dj. Vous passez quel style de musique ? Vous écoutez de la musique en travaillant ?
Je passe ces temps-ci beaucoup de early Rock'n'roll, de la prehisto house et quand je travaille j'écoute de tout très fort. J'ai des goûts très éclectiques : Shabba Ranks, Boris Vian, Mötörhead, Ray Charles, les Yardbirds, Fatboy Slim, les Andrew Sisters, Prodigy, MC Panjabi, MJ Cole et même du classique, genre Wagner. J'adore aussi le gospel, du two step, de la funk, de la vieille chanson française genre Mariano, de l'electro, du rap, la radio. J'aime la musique au sens large, à mon avis sans elle, la vie aurait beaucoup moins de goût. Je crois que je préférerait être aveugle que sourd.

Pour finir cette interview, quel est le message que le prince du plastic voudrait formuler ?
Ne croyez pas cette interview, c'est mon assistant qui a répondu aux questions. Lol !

Pour info, adresse mail de Régis-R : regis@regis-r.com

Photos signées Paskal Larsen et droits réservés



www.myspace.com/regis_r
r.egis.online.fr
www.dorothysgallery.com

auteur : Paskal Larsen - pjulou@free.fr
interview publiée le 24/09/2008

Partager


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire