27/04/2017  |  4796 chroniques, 159 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 25/04/2017 à 17:16:33
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    interview
Numa Roda-Gil : On n’écoute jamais assez Elvis

Paris
Mai 2013

Numa Roda-Gil est un artiste « pop et culture » fan des monstres des films d’Universal (Frankenstein, Dracula, Loup Garou, La Créature du Lac Noir), de Science fiction, de Supers héros, de toys, de mangas, des icones ricains (Marilyn Monroe et Elvis en tête). Donc pas étonnant de les retrouver dans ses tableaux peints à la gouache et dans ses sculptures créées à partir de jouets. Avec d’autres artistes, il a ouvert à Paris la T-Rex galerie, et actuellement il est exposé à la Halle St Pierre de Paris dans l’expo collective de la magnifique revue Hey. Faisons connaissance avec ce drôle d’animal.

Tu peux en quelques mots te présenter, les éléments importants de ton parcours artistique, ce qui a déclenché ton envie de créer ?
J’ai toujours évolué dans le milieu de la Science-fiction, de la Bande Dessinée et du Fantastique. Que ce soit à la télévision, dans la presse spécialisée, chez Arkham, le comic shop que je tenais à Paris, ou dans les conventions que nous avons montées. Cet univers est extrêmement riche graphiquement, peuplé de créateurs de tous poils. Naturellement, toutes ces activités m’ont amené à produire des images. Exposer mon travail est une suite logique.


La T-Rex Galerie c’est quel type d’animal préhistorique ?
La T-REX Galerie est une nouvelle galerie à St Germain des Près. Nous avons décidé d’ouvrir ce lieu pour permettre à de nouveaux artistes de présenter leurs travaux dans un quartier peu habitué à une création non traditionnelle. Le nom de la galerie fait évidemment référence au groupe de Marc Bolan mais aussi au dinosaure lui-même. A la science, à la violence, à l’enfance.

Tu as été présentateur d’une émission sur la 5. Quel souvenir en gardes- tu ?
L’émission Babylone sur la 5 a duré deux saisons. C’était un moment cool dans la mesure où l’on pouvait produire ce genre de programme destiné aux kids et aux jeunes ados dans une liberté éditoriale totale. Certains se souviennent encore de l’émission.

Comment tes venu la passion des super héros, de la culture pop ? Et pourquoi t’en servir comme sujet pour tes créations ?
Je me sers de ce que j’aime. Je perpétue la tradition.


Tu peux nous parler de ton travail sur tes sculptures/assemblages de jouets. Le point de départ pour monter l’œuvre? Tu fais des vides greniers pour récupérer les jouets ?
J’accumule les jouets, les objets, les bd depuis mon enfance. C’est logiquement devenu ma matière première puisque mon environnement en est saturé. Mes installations naissent lentement. Au fur et à mesure de mes accumulations. Cela demande du temps, de la maturation. Vide greniers et marchés aux puces sont de bons terrains de chasse mais il y a aussi les divers réseaux que j’ai pu créer au fil du temps.


Tu peux nous parler de tes peintures où l’on voit les monstres des films Universal/La Hammer. Que représentes ses monstres (Loup Garou, Frankenstein, Dracula) pour toi ? Tu n’as pas peur d’avoir des problèmes de droit ?
Les monstres classiques sont des figures emblématiques que j’aime énormément travailler. La puissance graphique de ces images est indiscutable. Et ce sont des « ponts » entre le cinéma, la littérature, la peinture. C’est ce qui m’intéresse. Les images de films classiques ont toujours été reprises par les artistes. Me concernant, il n’y a pas de cynisme dans ma peinture. Je reproduis mes images fétiches. Je tache de communiquer l’envie de voir ces films à ceux qui voit mes peintures. Si quelqu’un découvre Frankenstein ou Chantons sous la pluie grâce à mon travail, j’ai atteint mon objectif. En fait, je leur fait de la pub.


J'aime ton tableau et ton assemblage avec le monstre du film Alien mélangé au logo/personnage de Mc Do, il y a un message derrière?
Quand les premiers jouets ALIEN ont été mis en vente à la sortie du film, les ligues de moralité de tous poils se sont déchainées. Manifs et piquet devant les magasins de jouets ont eu gain de cause : la première poupée ALIEN a été retirée de la vente et pilonnée.
Plusieurs décennies plus tard, d’autres bigots d’un style diffèrent se sont mis en milice pour détruire un mc Donald. Combat diffèrent mais même modus operandi : on se met en groupe pour détruire ce que l’on n’aime pas.
Résultat : l’Alien de Giger est définitivement entré dans l’art moderne et, qu’on l’aime ou non, le clown Mc Do fait partie intégrante de la culture populaire. La création à gagné face aux bigots.


Ton univers est proche de celui des groupes de garage. Je pense au Cramps et au Meteos. Tu aimes ce type de groupe ?
J’aime les liens que l’on peut trouver entre diverse forme de créations. Le Rock’n’Roll est bien sur présent dans mon travail. Et j’adhère complètement à l’esprit garage et au DIY (do it yourself) qui en découle. Je suis un fan de base des Cramps. Toujours cet esprit de liens entre les différentes cultures ; Lux et Ivy, en plus de leurs collection légendaire de disques, ont accumulé toutes sorte de films Z ou Bis. L’imagerie du cinéma d’horreur classique fait partie intégrante de leur œuvre. Je suis moins Meteors même si leur premier album reste une pierre blanche. Comme le dit Paul Fenech : Les Cramps c’est l’héroïne et les Meteors c’est le Speed. La comparaison est osée mais l’image est parlante. Quand j’ai peint le portrait de Karloff qui sert d’affiche à l’exposition, j’écoutais Psychedelic Jungle en boucle.

J’imagine que le cinéma a une belle place chez toi. Quels sont tes films cultes ?
La liste serait trop longue. Et un film, comme un disque, ça dépend du feeling dans lequel tu es. Classiques Disney, La Guerre des Etoiles, Apocalypse Now, Garde à vue. J’aime tout le cinéma. Je pense qu’il est idiot d’opposer les différents genres de ciné. On peut être un fan hardcore de Carpenter et adorer les comédies françaises des années 70. J’adore les double programmes type Citizen Kane / La Belle au Bois Dormant. Ca fait de bonnes soirées.

Tu fais parti des artistes qui sont exposé à la Halle St Pierre dans l’expo de la revue Hey. C’est un bel espace pour se faire connaitre, car l’expo marche bien. Tu te sens à ta place auprès des autres artistes exposés? Tu fréquentes certains de ses artistes ?
L’exposition HEY ! Modern Art & Pop Culture Part II est terrible ! J’ai une chance énorme d’en faire partie. Me retrouver dans le même catalogue que Joe Coleman ou Jack Kirby, pour ne citer qu’eux, me comble de joie. Sincèrement. Je me retrouve parfaitement dans l’esprit de l’expo. C’est boostant et enthousiasmant. Anne et Julien, les architectes de tout ça ont réussi à communiquer leur envies, leur curiosité et leur finesse d’esprit à tous. Les artistes comme les visiteurs de l’exposition sont tous comblés. C’est une réussite totale. Grace à l’expo, j’ai rencontré quelques artistes comme Paul Toupet ou Jim Skull par exemple, qui baignent eux aussi dans la culture Rock depuis toujours.

Si tu as des commentaires, messages et humeurs à formuler à nos lecteurs, c’est ici.
Foncez voir l’exposition HEY ! à la Halle St Pierre. Achetez la revue. Et quand vous passez vers St Germain des Près, allez voir la T-REX Galerie. Et écoutez une chanson d’Elvis dès que vous en avez l’occasion. On n’écoute jamais assez Elvis.


Exposition Monsters à la T-Rex galerie à Paris jusqu’au 20 juillet 2013, 16 rue des St-Pierre 75007 Paris

Exposition HEY ! Modern Art & Pop Culture / Part II jusqu’au 23 août 2013 à La Halle Saint Pierre à Paris, 2, rue Ronsard – 75018 Paris




fr-fr.facebook.com/pages/T-REX-galerie/302802263088255
www.hallesaintpierre.org/2012/11/hey-modern-art-pop-culture-part-ii-2/

auteur : Paskal Larsen - pjulou@free.fr
interview publiée le 02/05/2013

Partager


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire