22/07/2019  |  5212 chroniques, 169 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 21/07/2019 à 18:30:55
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    interview
EXPERIENCE

Toulouse (Café Le Concorde)
mars 2004

Mercredi 24 mars, 14h30. J’ai rendez-vous au Café Le Concorde, en centre-ville de Toulouse, pour discuter avec Michel Cloup, le chanteur/songwriter du groupe toulousain EXPERIENCE.
Alors que le nouvel album, Hemisphère Gauche (Labels), est sorti la veille, l’ex-Diabologum m’entretient entre autres sur le processus de création de ses nouvelles chansons, et sur le climat ambiant qu’il trouve clairement délétère….compte-rendu :

Dans quel état d’esprit avez-vous abordé l’enregistrement de ce second album ? Dans l’idée de donner une suite cohérente au premier, ou plutôt avec l’envie de faire évoluer l’univers d’EXPERIENCE ?
Michel Cloup : Les deux en fait. Si tu veux, on avait envie en réaction au premier album d’avoir quelque-chose de plus énergique. Le fait d’avoir beaucoup tourné pendant cette période a également contribué à ce que notre son se durcisse naturellement. La composition de ce nouveau disque s’est vraiment faite en groupe, ce qui a permis à toutes nos envies de se rejoindre. Aujourd’hui, Maintenant était un truc à moitié solo, à moitié en groupe, Hémisphère Gauche est beaucoup plus collectif.

A l’époque du premier album, tu disais vouloir proposer une musique plus accessible, pour ne pas s’adresser uniquement à un public élitiste, intellectuel. Est-ce que ce soucis t’anime toujours ? Est-ce quelque-chose auquel tu as pensé pendant la réalisation de ce nouvel album ?
Non en fait, c’était une envie au moment du premier album, et en plus je pense que je me suis un peu trompé, car on n’échappe pas à ce que l’on est… Je n’ai vraiment pas pensé à ça pendant la réalisation d’Hémisphère Gauche, que ce soit pour les textes ou la musique…C’est un disque qui est sorti plus "naturellement", qui a été beaucoup moins réfléchi. A l’époque, je me demandais ce que je devais faire après Diabologum, là je me suis posé moins de questions vu que c’était une démarche collective…

En 2001, pour le premier album, tu semblais faire un constat désabusé de l’époque, et on ne peut pas dire que ça respirait la joie de vivre… 3 ans plus tard, la période est encore plus noire (montée des extrêmismes de tout bord, politique ultra-sécuritaire en France..), est-ce que ce contexte s’est ressenti sur les textes du nouvel album, ou c’est plutôt ton quotidien qui a primé ?
Les 2 en fait, notre quotidien à "nous", parce qu’un groupe c’est un peu une communauté, on a un peu tous les mêmes problèmes, les mêmes galères, donc ça influence énormément. Mais si le ton s’est durci pour ce nouveau disque, c’est aussi parce que l’époque c’est elle-aussi durcie. Et là, en ce moment, on atteint des sommets au niveau national, européen et mondial. J’ai l’impression que c’est la politique du pire, de pire en pire, de pire en pire, et qu’en même temps, il y a une espèce de statu-quo général qui fait que finalement, tout le monde s’en accommode…

Quand vous commencez à réfléchir sur un nouveau disque, est-ce que vous essayez de trouver un fil conducteur entre les chansons, un concept, pour donner une cohérence au tout, ou est-ce le cadet de vos soucis ?
Non, en fait ce dont on se préoccupe quand on commence à travailler sur une nouvelle chanson, c’est tout simplement si elle va être "bien". Après quand on a suffisamment de morceaux, on trie et on garde ceux qui semblent fonctionner ensemble. Après, que la chanson soit juste avec des guitares, basse, batterie, ou plus avec des machines, c’est pas très important….On ne s’interdit rien, mais on écarte un titre si il nous emmène vers une direction peu intéressante, ou si il sonne "redit".

Sur 2 titres, vous collaborez avec 2 membres du groupe rap La Caution. Comme le rapprochement rap & rock s’est beaucoup fait ces dernières années, quelles étaient vos intentions avec ces 2 titres ? De renforcer le côté "âpre" et "brutal" d’EXPERIENCE, collaborer avec un groupe que vous aimez bien, proposer quelque-chose de neuf ?
C’est un peu tout ça, sauf proposer quelque-chose de neuf dans ce domaine, je n’en ai pas la prétention…On est parti dans l’optique de faire quelque-chose qui nous excitait, sans vouloir uniquement apposer du rap sur de grosses guitares…On a essayé d’utiliser leurs voix de manière originale. Je trouve que la scène rap française s’est beaucoup ouverte ces dernières années, avec des groupes comme T.T.C, L’Atelier, La Caution, et pas seulement vers le rock, mais aussi vers l’électronique.

J’ai trouvé vos nouvelles compos nettement plus orientées rock que sur le précédent album, avec des influences hardcore, et même des rythmiques metal comme sur le titre Somebody Else But Me. Est-ce que ce n’est pas une volonté de s’éloigner de l’univers "indé", on se dit par exemple qu’un titre comme Deux n’aurait pas eu sa place sur ce nouvel album
C’est un titre qu’on joue toujours sur scène et sa fonctionne…Mais il est clair que sur Hémisphère Gauche le propos n’est plus le même, et qu’il n’y avait pas de place pour des chansons d’amour. Ceux-ci dit, sur Deux à la fin, il y a des grosses guitares assez "heavy", mais cette orientation est peut-être moins évidente que sur nos nouveaux titres…

Quelles sont vos impressions par rapport à l’actuelle scène musicale française, avec d’un côté, une "nouvelle chanson française" que l’on dit conformiste et "petit bourgeoise", et du côté rock, une contestation un peu "light" incarnée par Mickey 3d ? C’est un constat qui vous alarme, vous laisse perplexe, vous indiffère ?
C’est vrai que la période n’est pas très excitante, malgré quelques bons trucs ici où là….les groupes à "grosses guitares" ont des références clairement anglo-saxonnes, et s’aventurent rarement avec la langue française…Après, oui, je suis d’accord, la chanson française actuelle est assez conformiste, et le rock un peu mou du genou.

Dernière question ludique, je vais vous citer 3 groupes volontairement éloignés de votre univers musical, vous allez me dire si vous les connaissez, qu’est-ce que vous en pensez, et si vous les avez déjà écoutés ?
Porcupine Tree, Ozric Tentacles & :Wumpscut:
Ouh la, c’est pointu comme question ! Ozric Tentacles, c’est du "prog-rock", non ?

Pas vraiment, plutôt «space-rock» on va dire…
Michel : Pour les 2 autres, je ne vois absolument pas.
Widy : Moi non plus…
Michel : Ca craint, on est pas si "intellectuels" finalement…(sourire)

Ca va se savoir…. (rires).

Précision: En raison d’un problème technique pendant l’interview (indépendant de notre volonté, selon l’expression consacrée), 2 (courtes) interventions du guitariste Widy n’ont pu être retranscrites. Prière de nous en excuser.

www.experiencenet.net
www.labels.tm.fr

auteur : Olivier Marin - olivier.marin@foutraque.com
interview publiée le 25/03/2004

Partager


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire