18/11/2018  |  5077 chroniques, 166 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 15/11/2018 à 19:40:36
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    interview
Karl Zéro

Interview réalisée par téléphone
mercredi 19 mai 2004

Le calypso, vous connaissez ? Eh bien l’ami Karl Zéro va se faire un plaisir de vous l’expliquer !
Après avoir remis au goût du jour le cha-cha-cha avec son premier album paru en 2000, Songs For Cabriolet And Otros Tipos De Vehiculos, l’animateur/producteur/journaliste du Vrai Journal de Canal+ assouvit une nouvelle fois sa passion pour les musiques « rétro », avec un second album haut en couleurs, aux ambiances délicieusement hédonistes (Hifi Calypso, Naïve). Compte-rendu d’une discussion ouverte et chaleureuse, où les Wailers, X-Files et David Lynch s’entremêlent pour le plus grand plaisir de l’intervieweur.

Foutraque: En guise d’introduction, j’aimerais, si tu le veux bien, que tu expliques en quelques mots aux internautes qui fréquentent notre site (qui sont plutôt en règle générale des fans de pop-indé et de musiques électroniques), ce qu'est le calypso, ses origines, et d’où te vient cette passion pour cette musique ?
Karl Zéro: Le calypso est un peu à l’origine du ska, du rocksteady et du reggae. C’est une musique qui vient des îles Trinidad et Tobago, qui sont à côté de la Jamaïque. Parallèlement, en Jamaïque, on trouvait une musique qui s’appelait le mento, proche du calypso, mais avec un rythme moins rapide. D’où me vient le goût pour ce genre de musique ? Ben, je dirais d’un sens aigu de la nostalgie, mais également des musiques un peu chaloupées, un peu syncopées, qui évoquent la vie facile, les vacances, les chaussures bicolores, le punch !

J’aimerais savoir comment tu es parvenu à réunir la formation d’origine des Wailers pour qu’ils enregistrent ce disque avec toi ?
En fait, c’est un coup de chance. Voulant faire cet album avec un groupe de reggae, j’avais pensé aux Wailers sans trop y croire, vu qu’ils n’étaient pas réapparus depuis très longtemps. Il se trouve que l’un d’eux vit à Montpellier, il s’appelle Tyrone Downie et était à l’époque le clavier des Wailers originaux. Je l’ai appelé, et coup de chance, il avait l’habitude de regarder Le Vrai Journal de Canal ! Donc, on a discuté, je lui ai exposé mon projet, il a appelé les autres qui ont été d’accord pour venir ! Puis, une fois arrivés, ils ont vu les morceaux que j’avais choisis, et on s’est mis à bosser.

Est-ce que c’est le fait de leur proposer autre chose que du reggae qui les a séduits ?
Oui, c’est le fait de ne pas essayer de faire le « sous-Bob Marley », puis de toute façon les dreadlocks pour moi c’était mort ! Puis ce n’est pas mon truc d’essayer de refaire ce que quelqu’un a déjà fait, surtout du Bob Marley qui est quand même LA star mondiale ! La démarche était plutôt de jouer la musique des parents des Wailers, qui ont quand même entre 45 et 65 ans ! Donc ça remonte à très loin cette musique calypso….C’est un peu comme si on demandait à un groupe de maintenant de jouer de la musique d’il y a 40 ou 50 ans.
L’expérience musicale les tentait, et puis voilà, le fait aussi que tout cela se passe dans une ambiance de bonne humeur et de « déconnade », tout en restant sérieux quand il le faut.

Il y a certains titres sur l’album qui font figure de classiques. Je pense notamment à Jump in the line et Coconut Woman, qui ont été popularisés par Harry Belafonte. Est-ce que tu n’as pas eu peur que l’on taxe ta démarche de « facile » en reprenant de tels standards ?
Ben si tu veux, le choix je l’ai fait avec eux. De mon côté, j’avais trié au préalable 25 titres, il y en avait sans doute des plus obscurs, mais eux, ils avaient vraiment envie de jouer ces « trucs-là », vu que c’étaient les tubes qui faisaient « bouger » leur parents et qu’ils entendaient quand ils avaient 5 ans. Ou qu’eux-mêmes jouaient quand ils avaient 12/13, dans des hôtels américains lors de leurs toutes premières prestations. Donc, ça leur rappelait plein de souvenirs…

Est-ce que le fait d’avoir enregistré ces 2 disques n’est pas quelque part un rêve d’adolescent que tu assouvis (comme ça a pu être le cas de Michel Houellebecq il y a quelques temps) ? Et si oui, est-ce que la finalité de cette démarche ne serait-elle pas de monter un jour sur scène ?
Ecoute, la scène on est en train d’en parler, car les Wailers c’est avant tout un groupe de scène. Donc on essaye d’imaginer peut-être une tournée à l’automne. Un rêve d’adolescent ? Non, car à cette époque, je ne visais pas du tout une carrière dans la chanson. Ce dont je rêvais surtout, c’était de ne pas être obligé de devenir employé de bureau… Mais la musique m’a quand même permis de me sortir du « non-futur » dans lequel j’étais empêtré, dans le sens où j’ai été pris comme « rock-critic » à Rock & Folk quand j’avais 18 ans. Puis à l’époque, pour les gens de ma génération (j’ai 40 ans), c’était impossible d’imaginer un jour faire de la radio ou de la télé…

Sur la biographie que m’a fourni la maison de disque, on peut lire que ton premier album paru en 2000 a connu un beau succès en Asie du sud-est et en Amérique du nord. Comme les habitants de ces 2 continents ne sont pas forcément familiarisés avec ta belle carrière de journaliste-animateur en France, comment tu expliques cet « engouement » ?
Au contraire, ce qui est marrant, c’est que les gens ne savent pas du tout ce que je fais, et ils pensent tout simplement que je suis un chanteur. Ils ne se posent pas de questions… c’est surtout en France que l’on se pose des questions sur tout. Hier, on était en promo en Suisse et un « mec » a dit un « truc » très juste: « Le problème des français, c’est qu’avant d’avoir un avis, ils demandent aux autres ce qu’il faut en penser ». Et donc chacun attend chacun pour savoir ce qu’il faut en penser. Qui plus est, quand tu es Karl Zéro, les « mecs » te connaissent pour la télé, donc en France on aime pas trop les gens qui font autre chose que ce pour quoi ils sont connus. Dans les autres pays du monde, ce qui est intéressant c’est que la démarche est tout à fait différente : ils entendent, ça leur plaît, ils ne se posent pas de questions. Si ils aiment le disque, ils le passent et puis voilà, on en parle plus. La France c’est un pays de « preneurs de tête » !

Après avoir remis au goût du jour le cha-cha-cha et le calypso, est-ce que tu pourrais te laisser tenter par une troisième étape plus moderne ? Peut-être du R’n’B « sauce Karl Zéro » ?
Oui, j’envisage de faire un album de techno mais en 2044, puisqu’il me faut à peu près 40 ans pour apprécier les musiques ! Il y a quelqu’un qui m’a dit récemment: « Vu la gueule que t’as, tu aurais dû faire un album à la Benny Benassi ! ». Mais je lui ai dit: « Benny Benassi, ce n’est vraiment pas mon truc, je laisse ça à mes gosses ! ». Moi, en plus, je chante des trucs que plus personne n’écoute, que plus personne ne connaît. Donc, en même temps, c’est l’occasion de remettre aux goûts du jour un style, une musique, un univers.

Quelques mots sur l’anecdote qui a beaucoup fait parler d’elle, le fait que plusieurs titres de ton premier album se soient retrouvés en 2002 sur un épisode de la dernière saison d’X-Files. En vrac, est-ce que ce coup de pouce à « boosté » les ventes de ton album ? Est-ce que tu as eu la chance de rencontrer Chris Carter et est-ce que tu étais fan des X-Files ?
Ecoute, oui, j’aimais bien X-Files. Chris Carter, je l’ai rencontré, il est venu déjeuner avec moi un jour à Paris. C’est un personnage très sympa, qui pendant 10 ans n’a fait que bosser sur les X-Files. Pas de vacances, pas de week-end, rien, que X-Files ! Puisqu’il était producteur mais également réalisateur de beaucoup d’épisodes, il a mangé, bu et dormi X-Files ! Est-ce que ça a aidé l’album ? Oui, beaucoup, car ça m’a permis de signer des licences dans plein de pays où on était devenu d’une certaine façon « la bande-originale » des X-Files. Et ça me permet également avec le nouvel album d’avoir déjà une vingtaine de pays qui le distribuent.

Avant-dernière question, ludique, je vais te citer 3 groupes volontairement éloignés de ton univers musical. Tu vas me dire si tu les connais, qu’est-ce que tu en penses, et si tu les as déjà écoutés ?
Le premier c’est Rammstein.
Euh, connais pas du tout mais déjà le nom est drôle !

C’est un groupe de metal-indus allemand qui s’était fait connaître dans les 90’s en plaçant 2 de leurs titres sur la bande-originale de Lost Highway de David Lynch.
Bon, ça doit être bien, car toutes les musiques qui ont attrait à David Lynch, j’adore ! J’aime bien le rock industriel « lourd », où à la fin du morceau t’as presque envie de te suicider !

Le deuxième qui est un peu plus connu c’est Aphex Twin.
J’connais pas non plus, mais j’connais pas la musique de jeune moi ! Je suis vieux donc je connais la musique de vieux !

C’est pas un jeune, mais il ne doit pas avoir loin de ton âge ! C’est un musicien anglais qui s’appelle Richard D. James. Il fait de la musique électronique assez pointue et assez barrée…
Bon, et bien je salue l’effort louable de ce monsieur, mais je ne connais pas !

Bon, le troisième, tu vas connaître, les Strokes !
Ouais, ça je connais mais c’est plus pour mon fils qui a 13 ans que pour moi… J’ai eu ma période rock mais c’était il y a tellement longtemps que je ne m’en souviens plus !

Dernière question pour le journaliste si tu le permets ?
Si tu veux, bien sûr.

Le Vrai Journal, que tu animes sur Canal, comme la plupart des médias français, a été très critique par rapport à l’intervention américaine en Irak. Maintenant que l’on s’achemine vers un chaos absolu qui commence à rejaillir sur le monde entier, que l’opposition entre fondamentalistes chrétiens et musulmans semble à son paroxysme avec les évènements horribles de ces dernières semaines, j’aimerais savoir ce qui ce « murmure » dans la « bulle journalistique parisienne » dont tu fais partie ? Est-ce qu’il se dit que la situation paraît inextricable ? Est-ce qu’il se dit aussi que les américains font des tractations « discrètes » avec l’ONU, pour que celle-ci intervienne et sauve un peu les meubles ?
Il se dit plusieurs choses. D’abord, que c’est le seul sujet sur lequel Chirac n’a pas été grotesque… Il se dit évidemment qu’il serait préférable que John Kerry soit élu en novembre à la Maison Blanche. Il se dit également que c’est fort peu probable, et que vraisemblablement Bush sera réélu. Que ce qu’il a tenté de faire en Irak est évidemment une absurdité et une catastrophe. Que ce qu’il faut absolument, c’est que le 30 juin comme prévu l’Amérique se retire de là-bas, et que le plus vite possible derrière, elle retire ses troupes…

Mais si les Etats-Unis se retirent ça risque d’être encore pire, non ?
Non, ça peut pas être pire… Les américains sont en train de lever non seulement les irakiens, mais l’ensemble du monde arabe contre l’Occident. Donc c’est une erreur absolue. Surtout que Bush était censé faire la guerre au terrorisme, Saddam Hussein n’était pas un terroriste, c’était un dictateur…

Mais le fait que le peuple américain soit si aveugle, ce n’est pas dû selon toi à une mainmise totale des républicains sur les médias ?
Non, le peuple américain n’est pas aveugle. Il a une haute idée de la liberté et du fait d’aller sauver des peuples, il ne se rend pas du tout compte de ce que fait Bush. Ne crachons pas sur le peuple américain, n’oublions pas qu’il nous a sauvé il y a 60 ans…

Oui, oui, tu as tout à fait raison…Et bien écoute, merci beaucoup, bonne chance pour l’album et peut-être pour la future tournée !
Eh bien de rien, c’était un plaisir, salut !

www.karlzero.com/

auteur : Olivier Marin - olivier.marin@foutraque.com
interview publiée le 22/05/2004

Partager


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire