24/10/2014  |  4455 chroniques, 149 interviews sur foutraque  |  dernière mise à jour le 23/10/2014 à 23:19:38
    webzine
    recherche
    newsletter
    liens
    proposer
    interview
Dana Wyse, « Pilules Magiques »




Dana Wyse habite un atelier/logement en banlieue parisienne. Là elle réalise ses sachets de pilules aux pouvoirs multiples, selon les besoins de chacun. Par exemple : « Trouver son point G », « Etre noir instantanément », « Jouer de la guitare en un instant », « Etre blonde immédiatement » ou encore « Garantir l’hétérosexualité de votre enfant ». Présentées dans un sachet en plastique avec une petite photo cheap, ces pilules ne sont pas encore vendues en pharmacie, et c’est bien dommage pour Dana, because la France est le premier pays consommateur de médicaments. Non, mais vous pouvez vous les procurer dans des galeries d’art au rayon livres.

Rencontre avec une artiste très singulière.

Quel a été le déclic, la conception dans l’idée des pilules ?
Le concept pilule est arrivé comme ça, comme si j’avais reçu un coup de marteau sur la tête. J’étais dans un bar homo très cuir à Vancouver, au Canada, en train de boire une bière avec un pote, lorsqu’une mystérieuse voix dans ma tête me dit : « Fais Jesus Had A Sister Productions ! ». Très Charlton Heston Dieu-esque. J’ai jeté un coup d’œil autour de moi, effrayée, à la vue de toutes ces grosses moustaches, ces mecs en chapeaux noirs SS. T’imagines, célébrer l’Epiphanie dans un bar de Sado-Maso avec des fouets et des chaînes…

Quel est le sens, la démarche de ton travail ?
C’est une question à laquelle il m’est toujours difficile de répondre avec intelligence. Je crois que la réponse la plus honnête est que j’ai fait de l’art pour éviter de travailler à la Poste ou vendre des cercueils. Ma démarche est ainsi plus financière qu’intellectuelle.

Que veux-tu prouver à travers les textes inscrits sur les sachets ? Les petits tracas, soucis ou illusions de l’être humain ?
Ces textes me représentent, essayant de rire au côté gênant de ma propre humanité. J’essaye de déterminer ce que je veux vraiment dans la vie. Je veux que mon monde ait un sens. Je veux avoir de parfaits souvenirs d’enfance. Je veux trouver la parfaite place de parking. Je veux que mon chien m’aime. Je veux assurer au lit, et je veux me convaincre que la vie peut être très, très facile parce que nous vivons dans un monde joyeux rempli d’opportunités à saisir sur-le-champ.

Tu peux me citer/énumérer quelques textes qui accompagnent les pilules ? 
TROUVER SON POINT G INSTANTANEMENT : comme tout amant doué le sait, satisfaire une femme sexuellement, consiste uniquement à appuyer sur les bons boutons…mais d’abord vous devez les trouver.

ETES-VOUS GAY ? (TEST URINAIRE D’HOMOSEXUALITE DISCRET POUR HOMME) : Est-ce que votre jogging matinal avec le mari de la voisine a pris une soudaine importance ? Est-ce que vos voyages d’affaires mensuels à Paris comprennent de petites flâneries dans le Marais ? Est-ce que le moment favori de votre week-end football est l’étreinte après que vous ayez marqué un but ? Est-ce que les deux choses que vous regardez le plus à la T.V sont la plongée olympique et la rediffusion de Magnum ? Alors, peut-être est-ce le moment de vous poser la question de savoir si vous êtes gay.

CONVERSION INSTANTANEE AU JUDAISME :Vous ne connaissez pas la différence entre un mikveh et un mohel et votre mariage juif est dans trois semaines ? Vous ne parlez pas un mot d’hébreu et vous croyez que Sabbath est un groupe de métal des années 80 ? Vous ne comprenez pas pourquoi le vieux rabbin de votre synagogue ne cesse de vous renvoyer ? Il est peut- être temps pour vous de vous convertir au judaïsme en un tour de main ! A la façon grand-mère Weisenthal ! Devenir juif avec un simple traitement. Partagez la foi unique de votre partenaire, dès aujourd’hui. Dites au revoir au stress de Bet Din !!!!

SOIS UN ENTREPRENEUR A SUCCES (à la façon Bobby Waters) GAGNEZ DE L’ARGENT MAINTENANT! VENDEZ DE FAUSSES DROGUES RECREATIVES PENDANT VOTRE TEMPS LIBRE !!! « De trois ans de chômage je suis passé à 10.000$ par mois ! J’ai commencé à vendre de faux acides et de la fausse Majijuana à des concerts de rock, puis je me suis attaquée aux touristes américains et aux boîtes de nuit de province. En moins d’une année ma vie a complètement changé. Si je l’ai fait, vous pouvez aussi le faire ! »

Y a t-il un sujet tabou que tu préfères ne pas aborder (pédophilie, scato, racisme…) de peur de ne pas être bien comprise, ou au contraire tu ne te donnes aucune limite ?
Je ne me limite jamais à la peur, mais je m’assure que lorsque je m’attaque à un sujet, je le fais pour des raisons positives et non pour provoquer les gens. La frontière est très mince entre ironie et cruauté. J’essaye d’éviter les sujets qui pourraient blesser quelqu’un. Par exemple je n’aborde pas des sujets tels que le cancer ou les frères siamois, mais récemment j’ai fait un équipement de Kamikaze pour que les enfants s’entraînent au Jihad dans le confort de leur maison.

As-tu été confrontée avec des personnes qui ont pris ton travail au premier degré ? Tu entres dans leur jeu pour qu’ils gardent ainsi leur illusion, ou bien tu leur dévoiles tout ?
Ta question implique que tu ne crois pas dans l’efficacité des pilules, que tu es convaincu que c’est de la poudre de perlimpinpin. Je pense que tu as plus de chance ou du moins des chances égales de devenir un auteur à succès en te shootant avec ma poudre DEVENEZ UN AUTEUR A SUCCES, que si tu gâches six ans à aller à l’atelier d’écriture. Plein de gens avalent ces pilules. The Jesus Had A Sister Productions offre une possibilité de remboursement. Nous sommes croyants.

L’imagerie rétro des années 60 et kitsch est très présente dans ton travail. Quel est ton rapport avec cette imagerie ? Est-ce des souvenirs d’enfance ?
Souvenirs d’enfance ? Je ne suis pas si vieille ! Ce qui m’attire avec ces images c’est leur surréalisme "valiumesque". Si vous regardez une pub pour la crème pour le visage des années 60, la pose de la tête de la femme donne l’impression qu’elle est en train d’avoir une expérience religieuse privée ou un orgasme, tout ça parce qu’elle a acheté Oil of Olaz. Les images originales des pilules CROIRE EN DIEU INSTANTANEMENT, COMPRENDRE LES MATHEMATIQUES LES PLUS COMPLEXES INSTANTANEMENT, TROUVER SON POINT G, et COMPRENDRE LE SENS DE LA VIE, viennent toutes des pubs de produits de beauté américaines. Ce que ces images laissent supposer est : « Achetez nos produits et vous aurez une expérience mystique immédiate ». J’aime aussi les rapports polis et formels de l’imagerie rétro. Les hommes portent des costumes et des cravates. La peau des femmes est recouverte par des pulls en acrylique boutonnés jusqu’en haut du cou. Il y a là une forme de violence réprimée qui réside juste à fleur de peau comme les riches métaphores des films d’Hitchcock.

Quelles sont les pilules qui ont eu le plus de succès… et la pilule qui n’a pas rencontré son public ?
COMPRENDRE VOTRE MERE IMMEDIATEMENT (SANS AVOIR A LA RENCONTRER OU PARLER AVEC ELLE) est à 500%, celle qui se vend le mieux. On peut maintenant la trouver en spray ou en chewing-gum. CONVERTION INSTANTANE AU JUDAISME, se vend bien aussi, comme celle GARANTIR L’ HETEROSEXUALITE DE VOTRE ENFANT. J’ai une pilule qui vous annonce l’heure de votre mort (donc vous pouvez vous précipiter pour dépenser tout votre argent). Elle ne vend pas. La mort est tabou. Je crois que j’ai vendu 10 PILULES SUICIDE en 10 ans et peut-être 4 de TENTATIVE DE SUICIDE. Et tout ça en Russie.

Comment se passe la production, la mise place pour réaliser tes pochettes de pilules ?
Les pilules sont faîtes dans le laboratoire clandestin Jesus Had A Sister Productions au nord de Paris. Les principes de production sont bien sûr top secret. Nous sommes à peu près 3 ou 4 à travailler à la chaîne. Nous cancanons. On boit du vin, et on écoute des disques disco en accéléré des années 70, donc on travaille plus vite. Si les filles travaillent trop lentement je les menace de Mariah Carey.

Dans l’atelier/appartement de Dana Wyse, l’absurde côtoie le kitsch. Ainsi les murs d’une pièce sont dédiés aux jouets d’enfants à 2 euros. Encore sous blister les jouets sont accrochés aux murs comme des tableaux. Plus loin une tête d’alien sort d’un couffin. Sur une table, un renard empaillé regarde une souris. De vieilles peintures réalistes stylées URSS surplombent de nombreux livres et revues des années 60 et 50. Dans un coin le sapin de Noël perd ses épines. Enfin ici et là des gros sacs de pilules sont posés, et prêts à être mis en sachets. Dans ce lieu, nos yeux se mettent sur orbite tant il y a à regarder, un peu comme dans l’environnement d’un artiste brut.

Si on avale une de tes pilules, y-a il un risque ?
Bien sûr.

Lors de notre première rencontre, tu as parlé d’un magazine de pharmacie, qui est passé chez toi pour prendre des photos et faire un article. Comment s’est passée cette rencontre, et comment es-tu perçue dans le monde pharmaceutique ?
Oui, les pilules on fait la couverture du "Moniteur des pharmacies et des laboratoires", un magazine pour les professionnels de l’industrie médicale. C’est incroyable! C’est comme recevoir le prix Nobel pour trafic de drogues. Je suis honorée d’avoir enfin le respect de mes collègues et pairs. Comment suis-je perçue par le monde pharmaceutique ? Ca varie. Lorsque j’ai commencé ce projet en 1996, chaque pharmacie croyait que j’étais une super junkie. J’allais au comptoir pour demander des gélules vides pour mon projet «d’art » et ils me regardaient comme si j’avais un gros E pour dealer l’Ecstasy collé sur mon front. Maintenant, mes fournisseurs m’appellent docteur Wyse parce qu’ils croient que je suis gynécologue. J’ai même 10% de remise sur les pansements et les seringues. Quand je traversais ma phase Neo-Codion, mon pharmacien m’a demandé si je travaillais pour Zingaro. Je suppose que je devais avoir un air de cheval de cirque.

Comment es-tu perçue dans le milieu de l’art contemporain ?
Je ne sais pas, peut-être : « Oh y’a pill girl ».

As tu fais une école d’art, ou bien es-tu autodidacte ?
Non, je ne suis jamais allée aux Beaux-Arts. J’ai étudié les mathématiques et l’écriture de scénarios. J’ai pensé aller aux Beaux-Arts, mais j’ai toujours eu peur qu’ils ne m’acceptent pas.

Tu peux me parler un peu de toi ? Ta personnalité. Pourquoi avoir quitté le Canada pour Paris ?
Parler de ma personnalité ?! Pas question ! Réponse à ta 2 ème question. J’ai en fait quitté le Canada pour vivre sur la côte ouest de l’Irlande. J’ai atterri à Paris par erreur. Je vis toujours au Canada 4 mois de l’année. J’ai une maison sur le lac Le Jeune.

Tu réalises aussi des placards vitrés, avec à l’intérieur divers objets. Tu peux me parler de ce travail, le sens, le choix des objets. Ces objets représentent quoi pour toi ?
Les boîtes de joie sont des collections d’objets obscurs que j’ai trouvés dans mes voyages. Par exemple, il y a un poil récolté sur le ventre d’un mammouth Jerkov sibérien, un autographe d’Elula Perrin, des graines d’opium, des boules-de-neige fondues dans des pots hermétiques, des cartes à jouer coquines, des pétards, des pointes de flèches, des souvenirs de John Travolta volés. Ces vitrines sont les archives des choses que j’aime. Chaque objet représente un souvenir. Comme un touriste pourrait acheter un porte-clés de la statue de la Liberté qui lui rappellerait son voyage à New-York. Ce sont des choses qui me rappellent où je suis allée. C’est comme « Je suis allée sur la planète Terre et ceci sont les super objets que j’ai ramenés ».

Sinon, pour revenir sur ton travail au travers des pilules, quel est ton rêve ultime pour les lieux où les consommateurs pourraient les trouver en vente ?
Les points de vente dont je rêve ? Hmmm… Je crois que je devrais dire : derrière chaque caisse au niveau des yeux, dans chaque Virgin Megastore et supermarché et dans les magasins de cadeaux d’hôpitaux à travers le monde.

Quel sont tes projets ? Penses tu continuer longtemps à explorer ton concept autour de la pilule ?
J’ai un livre qui va sortir en avril que j’ai réalisé avec Bernard Ruiz-Picasso de Images Modernes. Cela s’appelle : "Comment faire de votre dépendance aux médicaments une carrière artistique réussie". Je vais aussi repeindre ma cuisine, faire pousser une barbe, faire quelques représentations artistiques, et continuer à gonfler the gospel world of Jesus Had A Sister Productions.

As-tu un message à faire passer ou autre chose à rajouter ?
Achetez mon livre ! Et bien sûr, paix sur la terre.

Traduction : Nadia Elisha
Spéciale dédicace à Sylvie H.


auteur : Paskal Larsen - pjulou@free.fr
interview publiée le 11/01/2006

Partager


    foutraque
      
      
l'association  |  devenir partenaire